Le Groupement des Entreprises Françaises dans la Lutte contre le Cancer (Gefluc) Marseille-Provence organise une grande soirée caritative contre le cancer au fort Ganteaume. 150 000 € seront reversés.

Ce lundi 1er octobre, le Gefluc Marseille-Provence organise une soirée caritative pour la lutte contre le cancer, sur la terrasse du Fort Ganteaume au Vieux-Port. Deux fois par an, l’événement regroupe les plus grandes entreprises de la région, les acteurs majeurs de Marseille, et les partenaires du groupement.

Si la soirée se veut chaleureuse, conviviale et instructive sur le thème “Nutrition et Cancer”, il s’agira avant-tout de remettre un chèque d’un montant de 150 000 € aux scientifiques lauréats de l’appel à projets 2018 validé par le Cancéropôle Provence-Alpes-Côte d’Azur, duquel le Gefluc est partenaire. Recherche, prévention, aide aux malades, entre 15 et 17 projets pourraient être financés dans le cadre de cet appel, dont certains portés par des Marseillais.

, Les entreprises françaises s’unissent contre le cancer au Fort Ganteaume, Made in Marseille
La terrasse du Fort Ganteaume

Le Gefluc, une idée simple : salariés et entrepreneurs donnent 1 € par mois

Depuis 54 ans, l’action du Gefluc repose au quotidien sur trois missions : le financement de la recherche, la prévention, et l’aide aux malades aussi bien pendant la maladie qu’après, en particulier lors de la reprise du travail. Ainsi, depuis sa création, ce groupement d’entreprises a subventionné des travaux de recherche clinique et fondamentale à hauteur de 26 millions d’euros.

Cette fédération reconnue d’Utilité publique a été fondée en 1964 à Marseille, par trois chefs d’entreprise soucieux d’associer le monde du travail à la lutte contre le cancer. Une idée simple au départ : si tous les travailleurs acceptaient de donner 1 franc par mois contre le cancer, 20 millions de francs seraient disponibles chaque mois pour la lutte contre ce fléau ; si toutes les entreprises acceptaient de donner en plus 1 franc par salarié et par mois, 40 millions deviendraient ainsi disponibles. 54 ans plus tard, le principe est resté le même et les Francs sont devenus Les Euros de l’Espoir. Ainsi, cette implication réciproque salarié/entreprise consiste à prélever chaque mois 1 € au salarié volontaire qui bénéficie d’une réduction fiscale de 66% sur ce don et 1 € à l’entreprise qui bénéficie d’une réduction fiscale de 60%.


À lire aussi : 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !