La société Monaco Marine s’installe dans le Grand port maritime de Marseille pour créer un chantier de rénovation et de maintenance de yachts géants. Elle bénéficiera pour cela d’une concession de 50 ans. 71 millions d’euros ont seront investis pour la création de ce chantier.

Jeudi 20 septembre, le Grand port maritime de Marseille (GPMM) a signé une concession de 50 ans avec Monaco Marine, groupe de sociétés spécialisées dans le réaménagement, la réparation et la maintenance de yachts. Une signature en présence du président de la Région Sud, Renaud Muselier, et du préfet de région, Pierre Dartout.

La société créera ainsi un centre de maintenance et de refit pour mégayachts, des unités de luxe dont la longueur dépasse les 80 mètres, faisant du GPMM une place d’importance mondiale pour ce secteur. L’investissement majeur concernera la création d’un ascenseur à navires de 6 000 tonnes qui deviendrait « le plus grand du monde dans la filière de la réparation de yachts », selon le GPMM.

71 millions d’euros seront investis pour cette opération. La société Monaco marine qui dispose déjà de 350 mètres de quai à Marseille, investira plus de 44 millions d’euros dont la majorité concernera la création de l’ascenseur pour les méga yachts. Le GPMM mettra également la main à la poche à hauteur de 27 millions d’euros dans les travaux d’infrastructure sur la plateforme. L’État et la Région Sud accompagneront à parts égales le projet, dans le cadre du Contrat de plan État Région 2015-2020 pour la réparation navale, pour un montant total de 2,5 millions d’euros.

, 71 millions d’euros investis pour la rénovation de yachts géants dans le port de Marseille, Made in Marseille
Michel Ducros, président de Monaco marine s’exprime devant le président du conseil de surveillance du port, Jean-Marc Forneri, le président de la région Sud, Renaud Muselier, le préfet de région Pierre Dartout et Roland Blum, adjoint au maire de Marseille et vice-président de la Métropole Aix-Marseille Provence

Des emplois à la clé mais une concurrence pour la Ciotat ?

Cette nouvelle plateforme de réparation à sec permettrait de se positionner confortablement sur le marché juteux de la maintenance et réparation des navires de grand luxe. 50 emplois directs et près de 500 emplois indirects (sous-traitance) ont été évoqués.

Mais, comme l’ont relevé nos confrères de Marsactu, ce projet pourrait entrer en concurrence directe avec le port de la Ciotat qui a annoncé la création d’un chantier aux ambitions très similaires, et la construction d’un ascenseur pour bateaux de 4 000 tonnes.

Jean-Marc Fornieri, président du conseil de surveillance du GPMM a déclaré à ce sujet que le projet de Monaco marine « n’a pas vocation à concurrencer son voisin ciotadin, mais bel et bien de proposer une offre complémentaire, renforçant l’offre régionale, créant un ensemble cohérent prêt à faire face à la concurrence espagnole et italienne sur ce segment ».

 

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !