Plus d’une centaine de jeunes ont reçu le 22 mai 2017 leur Brevet d’aptitude aux fonctions d’animateur (BAFA) ou de secouriste dans le cadre de l’opération «1000 BAFA et 1000 diplômes de secourisme» initiée il y a un peu plus d’un an par la Métropole Aix Marseille Provence.

, La métropole finance 2000 formations BAFA pour les jeunes des quartiers prioritaires, Made in Marseille

Le rôle essentiel des missions locales

En lien avec les missions locales du territoire (Marseille – la plus importante mission locale de France -, la Ciotat et l’Est de l’Étang de Berre), cette initiative a d’ores et déjà permis à près de 111 jeunes, issus des quartiers prioritaires de la ville et souvent éloignés du système scolaire, de terminer leur formation et d’obtenir leur diplôme. Avec un taux de réussite de plus de 85%.

Les missions locales ont été choisies pour mettre en place cette action et notamment pour prendre en charge le recrutement de ces milliers de jeunes provençaux. Pour pouvoir bénéficier de cette action, et se voir par la même offrir le coût de la formation, ces jeunes doivent obligatoirement être issus des quartiers prioritaires de la ville, avoir entre 17 et 25 ans, être motivés et porteur d’un projet professionnel dans les métiers de l’animation.

Un secteur qui manque de personnel

«On s’est rendu compte que les métiers liés à l’animation et au secourisme étaient en plein essor et manquaient cruellement de personnel qualifié», explique Dominique Tian, 1er adjoint au Maire et Président de la Mission locale de Marseille, «cette formation, et ces diplômes, vont leur permettre d’apprendre un métier, parfois de créer des vocations nouvelles, et d’ouvrir les portes vers l’emploi, qu’il soit saisonnier ou non.»

C’est pour ces raisons que le Conseil de Territoire Marseille Provence a décidé d’investir 1,2 million d’euros pour financer ces formations qui s’étaleront sur 3 ans. Au total, près de 1000 formations au BAFA seront financées, et autant de diplômes de secouriste. «L’emploi, c’est la clef de voûte, un élément essentiel de la cohésion sociale», remarque Guy Tessier, Président du Conseil de Territoire Marseille Provence, « il faut aider les jeunes, surtout ceux qui n’ont pas les moyens de se payer des formations, à trouver de l’emploi».

, La métropole finance 2000 formations BAFA pour les jeunes des quartiers prioritaires, Made in Marseille
Guy Teissier avec les jeunes

Accompagné par Gavino Briscas, président de la Mission Locale de La Ciotat et Serge Andréoni de celle de l’Est de Berre l’Étang, l’élu marseillais a a dit tout le bien qu’il pensait de cette formation qualifiante et exigeante : « Il ne s’agit pas de faire du gardiennage, mais d’avoir un réel rôle éducatif, de transmettre des valeurs. Pour certains, cette formation sera aussi l’occasion de continuer vers une voie encore plus qualifiante.»

, La métropole finance 2000 formations BAFA pour les jeunes des quartiers prioritaires, Made in Marseille
Les premiers bénéficiaires de cette action prennent la pose avec leur diplôme.

Une aide indispensable pour les bénéficiaires

Les jeunes présents pour l’événement au Pharo, siège Institutionnel de la métropole, n’étaient pas peu fiers de recevoir leur diplôme et n’ont pas oublié de remercier la Métropole. L’une de ces bénéficiaires, Cynthia, explique : « Sans le financement de la métropole, je n’aurais jamais pu me payer cette formation (1000 euros en moyenne pour le BAFA, ndlr), et le personnel de la mission locale nous aide beaucoup, notamment pour ne pas lâcher et rester motivé».

Même son de cloche chez Mathieu, 17 ans, originaire de Marignane : « Moi je souhaite devenir directeur d’un centre aéré, donc le BAFA, c’est déjà un premier pas, cela donne l’occasion de travailler de voyager, de proposer et d’organiser des projets».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !