Annoncé en juillet 2016 par la mairie des 10e et 11e arrondissements, le parc urbain de la Capelette, situé dans la ZAC éponyme, est sur le point de sortir de terre. Provisoire, il devrait toutefois rester plusieurs années en lieu et place d’un ancien terrain en friche.

Avec l’inauguration du Palais Omnisports en 2009, de nouveaux bâtiments construits depuis quelques années et qui vont encore pousser dans le futur, le quartier de la Capelette (10e) est en plein développement depuis la création de la ZAC (zone d’aménagement concerté) en 2004, qui a pour vocation de redynamiser le secteur.

Au milieu de toutes ces nouvelles constructions, un petit poumon vert est en train d’émerger là où se trouvait auparavant une décharge de pneus à ciel ouvert, au niveau des îlots 12 et 13, devant les hauts de Saint-Jean. « Les travaux sont quasi en phase de finition. Maintenant il faudra attendre que l’herbe pousse, c’est la nature qui dictera sa loi », explique Lionel Royer-Perrault, le maire des 10e et 11e arrondissements. Un parc provisoire qui a pour but de ne pas laisser le terrain à l’état de friche avant sa prochaine utilisation.

Capelette, Le nouveau parc urbain de la Capelette se dessine, Made in Marseille
Le quartier de la Capelette © Google Maps

Près de deux hectares de parc au cœur de la ZAC

Le parc, de 1,7 hectare, est séquencé en deux espaces : un dédié aux jeux d’enfant, « un espace clos de manière à préserver la sécurité des enfants et à éviter la présence de nos amis à quatre pattes », ajoute Lionel Royer-Perrault, et un autre espace, lui, ouvert et qui sera en grande partie gazonné. « Cette partie permettra une évolution très libre avec un parcours sportif et des espaces pour déambuler », précise le maire de secteur.

Les travaux, commencés au cours de l’été 2016, sont presque terminés. Le barreaudage de la partie enfant a été posé, de l’écorce broyée a été installée pour protéger des plantations, une trentaine de place de parking a été créée du côté de la traverse Bessede… Un espace de foodtruck a bien été prévu, en revanche, pas de jardin potager partagé, « sauf s’il y a une structure qui le gère », explique Lionel Royer-Perrault.

« Je tiens à cet espace de verdure dans mon secteur car on ne peut pas faire que des bâtiments », argumente Lionel Royer-Perreaut. L’élu rappelle d’ailleurs que, sur l’ensemble de son secteur, il existe déjà 33 parcs avec un objectif d’atteindre les 36 espaces verts d’ici la fin de son mandat en 2020.

Capelette, Le nouveau parc urbain de la Capelette se dessine, Made in Marseille
Image d”ambiance du jardin potager du futur parc © SOLEAM
Capelette, Le nouveau parc urbain de la Capelette se dessine, Made in Marseille
Plan du futur parc urbain avec, en pointillés, les éventuels projets d’aménagements futurs © SOLEAM

Un parc urbain mais provisoire

Depuis plusieurs années, l’îlot 13 de la ZAC de la Capelette est en état de friche. « Puisqu’on ne sait pas encore quoi en faire et dans combien de temps quelque chose sera fait, autant faire quelque chose qui puisse servir aux habitants », mettait en avant Gérard Chenoz, président de la Soleam, la société en charge de la requalification des espaces publics de la ZAC, en juillet 2016.

À termes, l’espace devrait être remplacé par de nouveaux bâtiments et de la voirie, mais aucune date n’est fixée quant à la réalisation des installations. Et puisque le délai risque d’être important, le maire des 9/10 a préféré mettre en place des « aménagements qualitatifs et de socialisation qui créent des perspectives d’avenir pour le secteur » plutôt que de laisser un terrain vague « éventuellement squatté » à la place. « Le provisoire, généralement, dure à Marseille. De toute manière, les études sur la ZAC ne sont pas terminées, les habitants ont donc largement la possibilité d’en profiter. On n’a pas dépensé 300 000€ à 400 000€ pour que ce soit amputé ou détruit dans un an ou deux », souligne Lionel Royer Perrault. Le parc a été financé par le Conseil départemental des Bouches-du-Rhône et la Soleam.

Reste à savoir le sort du parc de la Capelette une fois que celui de l’îlot 13 sera scellé. Lionel Royer-Perrault assurait en juillet 2016 « qu’il y aura toujours un parc à la Capelette ». Son avenir dépendra de celui de la ZAC dont le projet a été revu car « très mal pensé au départ » des dires du maire de secteur. Ce dernier ajoute qu’il faut « tout revoir et repenser » et que cela risque d’entraîner des relocalisations comme celle du parc.


Pour aller plus loin

Par Agathe Perrier

Un commentaire

  1. Appeler ca une ZAC c’est se moquer des habitants de la Capelette !
    Débuté en 2004, nous sommes fin 2016, 12 ans déjà. C ‘est comme le scandale de la fameuse L2.
    Il aurait fallu s’occuper d’abord du centre de transfert des déchets et construire autour au lieu de faire le contraire.
    Belle vue le centre de transfert des déchets ! aucun respect. Il faudra penser à respecter davantage le citoyen.
    Ils font venir des centaines de familles dans un quartier déjà enclavé sans création de nouvelles voies de circulation !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !