Forte de plusieurs constats alarmants concernant la mobilité et son impact sur le travail, la Maison de l’Emploi a décidé de s’engager vendredi dernier auprès de 3 acteurs nationaux : Renault Mobiliz, l’Adie et Fare/ Fastt. Tout trois proposent des offres d’accès à la mobilité pour les personnes en difficulté. 

Les difficultés de mobilité sur le territoire 

Aujourd’hui, la mobilité représente un vrai frein à l’emploi : 90 % de l’accès aux zones d’activité se fait encore en voiture, souvent faute de transports en commun suffisants ou d’horaires inadaptés. Alors que la métropole Aix Marseille Provence compte 46 000 chômeurs inactifs sans voiture et 67 000 sans permis ce qui, de ce fait, pose un réel problème d’accès à l’emploi. De plus, la hausse du coût de l’automobile a diminué le périmètre d’emploi de 28% entre 2000 et 2009…

« Prenons l’exemple d’une entreprise aubagnaise : il y a un arrêt de bus juste devant les locaux mais seulement 2 employés empruntent le bus. Lorsqu’on a demandé aux autres employés pourquoi ils prenaient toujours leurs voitures, ils nous ont répondu que les horaires ne correspondaient pas avec leurs horaires de travail » expliquait Thierry Berger, le Vice Président de l’UPE13 en charge de l’Emploi.

La Belle de Mai, la Timone ou encore Château Gombert sont des zones qui bougent beaucoup économiquement mais qui souffrent également d’une mauvaise desserte en transports en commun. Du coup, les autoroutes sont saturées et la pollution continue d’augmenter dans le territoire. 

mobilité, La Maison de l’Emploi s’engage pour faciliter la mobilité, Made in Marseille
Marseille était la ville la plus embouteillée de France en 2015

En rencontrant différents chefs d’entreprises, l’UPE13, partenaire de cette action portée par la Maison de l’Emploi, a tenté de dresser un constat des difficultés de mobilité rencontrées sur le territoire : infrastructures inexistantes, horaires de transports inadaptés, saturation des autoroutes, coût trop élevé des transports et saturation des parkings…

Pour améliorer ces problématiques, l’UPE13 entend donc solliciter un siège au Comité de projets Métropole et proposer notamment une meilleure coordination de l’offre existante entre les services de transports en commun.

L’engagement de la Maison de l’Emploi pour la mobilité

La Maison de l’Emploi pour la mobilité s’est de son côté engagée auprès de trois acteurs nationaux (Renault Mobiliz, l’Adie et Fare/ Fastt) par la signature de conventions. Ainsi, l’objectif est de fédérer ces acteurs qui agissent déjà pour la mobilité, en donnant une meilleure visibilité à leurs offres sur le territoire.

Le dispositif Renault Mobiliz

Depuis 2012, ce dispositif vise à proposer des solutions de mobilité pour le maintien ou le retour à l’emploi de public défavorisés. Aujourd’hui, 300 garages solidaires existent, dont 5 à Marseille. Ils proposent des locations, des réparations ou des ventes de véhicules à prix coûtants. « Les opérations sont entre 40 et 60% moins cher. En tant que commerçants, nous sommes très fier d’aider et de pouvoir participer à ce type d’opération », expliquait le Directeur Régional de Renault Réseau Sud-Est, Jean Claude Coulmy.

mobilité, La Maison de l’Emploi s’engage pour faciliter la mobilité, Made in Marseille
Dominique Tian signe la convention avec Jean-Claude Coulmy, Directeur Régional Renault Réseau Sud-Est et Gilles Serré, Chef de projet Renaul Mobiliz

Grâce à ce nouveau partenariat avec la Maison de l’Emploi, la structure pourra faire bénéficier les demandeurs d’emploi et aussi les salariés précaires de ces offres de services. Renault propose également des offres spécifiques pour les micro entrepreneurs, avec la location de kangoo ou de véhicules utilitaires à prix coûtants.

L’Adie

L’Adie (l’Association pour le Droit à l’Initiative Économique) propose de venir en aide aux personnes rencontrant des problèmes de mobilité pour l’emploi, en leur octroyant un microcrédit. Il peut leur permettre de financier un permis de conduire, l’achat, la réparation ou encore l’assurance d’un véhicule. Les bénéficiaires sont des personnes qui n’ont pas accès aux crédits bancaires. « Pour l’instant, 60 personnes sont financées chaque année, notre objectif est d’arriver à 250 dans les 3 ans », précisait Sébastien Chaze, le représentant de l’Adie.

Fare/ Fastt

Le FASTT (Fonds d’Action Sociale du Travail Temporaire) a déployé un nouveau dispositif qui vise l’acquisition du permis de conduire pour les intérimaires. Elle a confiée à la FARE (Fédération des Associations de la Route pour l’Éducation, le déploiement de cette prestation sur le territoire national. Marseille a été retenu comme territoire expérimental, la MDE et son réseau ont donc été choisis pour la mise en place du dispositif. La FARE couvre toute les plateformes de mobilité ainsi que les auto écoles associatives.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !