À Strasbourg, 50 conteneurs à verre vont être décorés par des artistes d’ici cet été. Le but : inciter les habitants à trier davantage grâce à un mobilier urbain et des poubelles plus esthétiques. Une initiative possible à mettre en place aussi à Marseille pour inciter les Marseillais à jeter ? Reportage. 

Face à des pratiques de tri du verre inférieures à la moyenne nationale et insuffisantes depuis plusieurs années, l’Eurométropole de Strasbourg a décidé de lancer un appel à projets de « création urbaine sur conteneurs à verre ». Concrètement, 50 nouveaux conteneurs vont être déployés dans la ville d’ici cet été avec la particularité d’avoir été habillés. Et ce par cinq artistes, dont trois de street art, choisis après sélection sur dossier de candidature.

Cinq artistes/créateurs pour habiller les conteneurs

L’initiative lancée par l’Eurométropole de Strasbourg fait partie du plan de relance mis en place par la métropole strasbourgeoise et Éco-Emballages, l’association qui organise le tri, la collecte sélective et le recyclage des emballages en France. La proposition de ce projet vient d’une association locale, Accro, qui organise des appels à projets dans le but de faire rencontrer le monde créatif et l’économie.

« Ce projet de création urbaine sur conteneurs à verre a pour objectif de contribuer à l’économie circulaire par le propos artistique. Le but est d’inciter les habitants à participer plus facilement au geste de tri et à s’approprier un conteneur qui n’a pas forcément une apparence attirante en en faisant un objet d’intérêt », explique Aude Plassard, Directrice opérationnelle chez Accro.

Pour rendre les conteneurs attirants, un appel à projet a été lancé et ouvert aux artistes de différents secteurs tels que les arts plastiques, la scénographie, l’illustration, l’architecture ou encore le street art. Chacun se devait de proposer un projet mais aussi un message, le but de l’opération n’étant pas seulement de redessiner le mobilier urbain. Un jury a ensuite départagé les 25 propositions reçues pour n’en retenir que cinq.

Parmi les projets sélectionnés, trois font partie du mouvement street art et un de l’illustration. Quant au dernier, il s’agit d’un projet mené par un collectif qui a choisi de faire participer les habitants pour décorer les conteneurs. Les créateurs ou groupes habilleront chacun 10 supports qui seront ensuite déployés dans la ville, dans des quartiers très denses qui manquent de conteneurs et où le geste de tri est trop faible aujourd’hui.

déchet, Faut-il customiser les poubelles pour inciter les Marseillais à jeter ?, Made in Marseille
Les conteneurs marseillais © AP

Une initiative possible à Marseille ?

À Marseille, la pratique du tri du verre est à peu près similaire à Strasbourg : 10 200 tonnes collectées au Sud contre 11 100 tonnes à l’Est. La métropole d’Aix-Marseille-Provence en a bien conscience et a aussi mené des initiatives pour booster le tri sur l’ensemble de ses communes et notamment à Marseille.

« Nous travaillons ponctuellement sur certaines zones comme le cours Julien, la Plaine ou encore la zone d’Euroméditerranée. Des associations nous ont fait des projets de décoration de conteneurs et de bacs de fleurs par des artistes marseillais. Toutefois, nous n’avons pas lancé d’appel à projets pour généraliser cette initiative car ce type de décoration ne peut-être le même dans tous les quartiers de Marseille qui ont chacun une signature différente », met en avant Monique Cordier, déléguée à la propreté au Conseil de Territoire de Marseille Provence.

Comme l’explique Monique Cordier, la politique de la métropole est d’avoir « quelque chose d’uniforme partout et point par point des décorations et des choses innovantes, surtout dans les secteurs où la performance n’est pas assez bonne ». Et pour sensibiliser les habitants au tri et qu’ils le pratiquent davantage, la métropole provençale a elle aussi développé des mesures.

Favoriser les nouvelles technologies pour inciter au tri

La métropole Aix-Marseille-Provence a repensé le design des conteneurs à verre pour inciter les habitants à trier. Elle les a ainsi habillés de verre sur leur partie haute. D’autres expérimentations sur certains secteurs pour harmoniser au mieux le mobilier urbain au territoire sont également en cours sur le territoire métropolitain. Mais l’accent est plutôt mis sur les nouvelles technologies pour inciter les habitants plus que sur l’esthétique des conteneurs.

Depuis quelques mois par exemple, 100 conteneurs de Sormiou à Marseille, Encagnane à Aix-en-Provence, Châteauneuf-le-Rouge, Septèmes-les-Vallons et Lambesc ont ainsi été équipés de la technologie « Cliiink ». Grâce à un système installé dans le conteneur, chaque déchet jeté dedans rapporte des points au trieur, points qu’il pourra ensuite transformer en bons cadeaux ou réductions chez des partenaires associés.

« Nous regardons aussi à des conteneurs intelligents qui intègrent un compacteur à énergie solaire pour pouvoir contenir plus de déchets. Nous axons plus sur ce genre de choses que sur le look et le design, même si on reconnaît qu’il est important que les conteneurs se voient et que leur esthétique incite les habitants à trier », souligne Monique Cordier.

Une initiative semblable à celle de Strasbourg n’est donc pas dans les cartons marseillais. Par contre, d’autres projets de conteneurs intelligents dotés d’un système de récompenses pour recycler divers matériaux intéressent la métropole d’Aix-Marseille-Provence. Des mesures peut-être moins esthétiques mais plus économiques pour le porte-monnaie des Provençaux.

Découvrez notre reportage sur les conteneurs intelligents Cliiink

Par Agathe Perrier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !