Baptistin Vuillemot

A Made in Marseille, on pense que la presse doit être indépendante et pluraliste. Il se trouve qu’à deux pas de chez nous, le Ravi, mensuel « pas pareil » de Provence, est menacé. Si parfois il dérange en enquêtant dans les recoins sombres de notre démocratie locale, souvent il fait rire, et toujours il se bat. Mais depuis le 28 novembre, le journal fait l’objet d’un redressement judiciaire. Alors, après ce qu’il s’est passé à Charlie, on a voulu leur rendre visite. Pour survivre, ils ont lancé un « Couscous bang bang royal ». Objectif : 5102 abonnés en 2015.

  La rédaction © Baptistin Vuillemotmarseillais, Il faut sauver le seul journal satirique marseillais !, Made in Marseille

Le Ravi crèche dans un grand appartement ancien du boulevard National transformé en espace associatif. Dans la petite salle de rédaction, les bureaux des journalistes sont imbriqués comme dans Tetris. C’est pas le grand luxe, mais chacun a son coin pour bosser. Ce qu’on ne sait pas, c’est combien de temps encore ça va durer. Depuis que La Tchatche, l’association qui édite le journal, est sous contrôle d’un administrateur judiciaire, c’est comme qui dirait la trêve hivernale. Les dettes du journal sont gelées. On se serre la ceinture, en espérant tenir déjà jusqu’au mois de mai et la fin de la période d’observation ordonnée par le Tribunal de grande instance (TGI).

Guérini veut se payer le Ravi !

marseillais, Il faut sauver le seul journal satirique marseillais !, Made in MarseilleLe 27 janvier, rendez-vous est pris au TGI pour un point sur l’état de santé et les perspectives d’avenir du journal. Au Ravi, on est forcément optimiste : « On a le sentiment qu’on va passer cette étape. Le plus fondamental, c’est de convaincre nos lecteurs d’être derrière nous », explique Michel Gairaud, le rédacteur en chef. C’est bien le sens du « Couscous bang bang » lancé en décembre (en référence à la plateforme de financement collaboratif KissKissBankBank). Le but est de passer la barre des 5000 abonnés avant l’été, contre un bon millier aujourd’hui, alors que le site internet, où les contenus sont gratuits, enregistre 50 000 visiteurs uniques par mois. Mais l’info loufoque du moment, c’est sans doute la proposition surprise de Jean-Noël Guérini, le président du Conseil général (CG 13), de devenir « actionnaire principal » du canard satirique. Interrogé lors de ses vœux à la presse par un journaliste du Ravi lui demandant pourquoi la subvention accordée à son mensuel au titre de l’ « aide aux médias associatifs » avait été réduite à « zéro euro », l’élu du CG 13 a répondu en proposant d’investir ses deniers personnels : « J’ai toujours rêvé d’être patron de presse (…) A vous de le décider maintenant au lieu de toujours vous plaindre de ceci ou de cela. » Le Ravi n’est pas à vendre, lui a-t-on répondu. D’ailleurs, une telle opération serait impossible, les associations ne peuvent pas avoir d’actionnaires. Pour la bande du Ravi, de toute façon, « on n’achète pas un journal libre, on finance son indépendance ». Et Michel Gairaud de rappeler que « quelques jours avant les attentats de Charlie Hebdo, l’inquiétude de Charb ce n’était pas les balles mais la mort économique ». 

« On a partagé un couscous et une bouteille de vin rouge avec Charb à Belsunce »

La tuerie parisienne a eu lieu juste avant le bouclage d’un Ravi « de crise » pour le mois de janvier. Dans un article signé de l’ensemble de la rédaction, journalistes et dessinateurs rendent hommage à leurs confrères assassinés. Sidération, peine, colère… « Des lignes pas faciles à écrire », confie le rédacteur en chef. marseillais, Il faut sauver le seul journal satirique marseillais !, Made in MarseilleIl faut dire que Charlie, le Ravi… ce sont aussi des « histoires communes ». Comme la fois, en 2012, où Charb était venu à Marseille pour participer à un débat sur le droit à la satire : « On avait partagé un couscous et une bouteille de vin rouge à Belsunce, un beau mélange. Charb était sous escorte policière. » La même année, le premier Festival international de la caricature et du dessin de presse voyait le jour à l’Estaque. Depuis, Coco (la dessinatrice rescapée) et Tignous y ont fait escale. Tout comme le Marseillais Charmag et l’Aixois Ysope, qui crayonnent eux-aussi dans le Ravi. Le dessin, la satire, c’est un peu une histoire de famille. Alors, s’il faut vraiment « être » ou non Charlie, le Ravi l’« est », « bien entendu », souligne Michel Gairaud. Si lui avoue avoir toujours été « plus Siné que Charlie », la liberté de ton et de parole, il la défend jalousement. « Le droit à la caricature, aux dessins de bon ou de mauvais goût, le droit au blasphème, la laïcité, ce sont aussi ça les valeurs de la Révolution française. » Alors « même si on n’a pas toujours été d’accord avec tous les choix de Charlie Hebdo, on a toujours été derrière eux.

Canard déchaîné à la sauce provençale

Côté ligne éditoriale, le canard marseillais navigue quelque part entre satire rigolarde et investigation de fond, à mi-chemin entre un Canard Enchaîné et un Mediapart (avec qui il signe d’ailleurs des enquêtes communes). « Notre fil conducteur, c’est le fonctionnement et (surtout) les dysfonctionnements de la démocratie locale », résume le rédacteur en chef. Dans les Bouches-du-Rhône, bien sûr, mais aussi dans le Var, le Vaucluse et au-delà, le Ravi fait tâche dans la crèche médiatique et politique. Il met son nez là où ça dérange, s’incrustant sans gêne (c’est son bon droit) dans les instances de décision, conseils municipaux, communautaires, et autres assemblées départementales ou régionale pour y effectuer son « contrôle technique de la démocratie ». Et s’il s’inquiète depuis 11 ans de la montée de l’extrême droite et des scandales qui sclérosent la vie politique provençale, le journal, en bon Ravi qu’il est, n’a pas l’intention de baisser les bras. Cosignataire, avec plus d’une quarantaine d’autres médias, d’un appel « pour que vivent la liberté d’expression et mille médias indépendants », il tente d’alerter le gouvernement sur la nécessité d’une refonte des aides publiques à la presse. En attendant, c’est à notre solidarité qu’il s’en remet : 35 euros pour recevoir tous les mois le journal dans sa boîte aux lettres pendant un an (22 euros pour les chômeurs, étudiants et petits revenus). Il y a bien là de quoi “être Ravi“.

© Baptistin Vuillemot

marseillais, Il faut sauver le seul journal satirique marseillais !, Made in Marseille

Baptistin Vuillemot

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !