L’État et la Région ont signé une lettre d’intention pour sécuriser 337 millions d’euros chacun en faveur des transports d’ici 2027 dans le cadre du contrat de plan État-Région.

Le ministre des Transports, Clément Beaune, était en visite à Marseille ce mardi 20 juin. L’occasion de signer avec le président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Renaud Muselier, « la première lettre d’intention du volet mobilité du contrat de plan État-Région (CPER) 2023-2027 ».

Ainsi, pour les cinq années qui viennent, l’État « s’engage à hauteur de 337 millions d’euros », précise le ministre, pour le développement des transports du territoire. Une enveloppe dont se réjouit le président de Région, « très satisfait » puisque le gouvernement envisageait initialement de mettre la moitié, soit « 150 millions ».

Ce contrat prévoit « un euro de l’État pour un euro de la Région », rappelle Clément Beaune. Ainsi, le conseil régional financera également 337 millions d’euros pour atteindre près de 700 millions. « On sera sans doute pas loin d’1 milliard d’euros pour les transports », estime Clément Beaune, anticipant les aides des autres collectivités qui s’inscriront dans le CPER.

« Priorité au ferroviaire »

« Priorité au ferroviaire, qui bénéficiera de la moitié des crédits mobilisés », pose le ministre, en évoquant les divers projets que fiancera cette enveloppe. « Comme le train de la Côte bleue [Marseille-Miramas] pour lequel l’État met 40 millions d’euros. Mais aussi le fret ferroviaire avec de gros investissements pour le pôle multimodal d’Avignon ou la gare de triage de Miramas ».

90 millions d’euros du CPER iront aux projets routiers, comme la ligne d’autocars Fos-Salon. Le contrat de plan État-Région prévoit également 15 millions d’euros pour les itinéraires cyclables « véloroutes » avec l’objectif d’atteindre « 10 000 kilomètres en 2025 », selon le conseil régional.

État région, L’État et la Région annoncent « 1 milliard » pour les transports d’ici 2027, Made in Marseille
Signature de la lettre d’intention du volet mobilité du CPER ce mardi 20 juin.

Enfin, 75 millions d’euros sont consacrés à la transition écologique du Grand port maritime de Marseille-Fos. Notamment pour la deuxième phase d’électrification des quais pour brancher les navires afin qu’ils coupent leurs moteurs en escale.

Après les ferries et une partie des croisières, le port souhaite déployer ce dispositif d’ici 2028 pour les porte-conteneurs, la réparation navale ou encore la petite croisière de luxe du côté du J4.

Bouton retour en haut de la page

Ne ratez rien de l'actualité
marseillaise avec notre
newsletter gratuite.

Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine
les meilleurs articles de Made in Marseille