L’application IPC Connect a été créée pour assurer le suivi et l’accompagnement des patients de l’Institut Paoli Calmettes. Elle est accessible gratuitement sur mobile.

Pour garantir une prise en charge de la maladie toujours plus efficace, l’Institut Paoli Calmettes (IPC) a fait développer une suite d’applications mobiles e-santé en lien avec le dossier du patient à l’hôpital. Une prise en charge connectée grâce à l’application mobile « IPC Connect ».

Renforcer le lien entre les patients et l’Institut

« Les progrès médicaux et technologiques induisent une transformation radicale des modes de prise en charge des patients, avec de plus en plus de suivi à domicile, explique l’IPC. Alors que la grande majorité des patients sont équipés de smartphones et de nouveaux outils numériques tels que portails médicaux, messageries, réseaux sociaux, applications mobiles et objets connectés, ils demandent de plus en plus à s’investir dans leur prise en charge, à être acteurs de leurs soins ».

L’enjeu est de renforcer le lien entre les patients et l’Institut pour une meilleure prise en charge. Simple d’utilisation et hébergée dans un espace de connexion sécurisée, l’appli permet aux patients de conserver un lien permanent avec l’IPC et leur praticien référent, et même de contribuer à la reprise d’activité, avec notamment des vidéos et des conseils sportifs et de santé consultables directement sur l’application.

79 % des patients de l’IPC utilisent l’application IPC Connect

En plein essor, depuis la crise sanitaire, les téléconsultations sont intégrées à l’outil depuis 2020. Au cours de la consultation, une information est donnée au patient, information qui est tracée et un courrier lui est remis. « Lancée au début de l’épidémie en phase-pilote, la téléconsultation est de routine à l’IPC ».

Près de 200 médecins et paramédicaux se sont appropriés cet outil et toutes les salles de consultation sont équipées d’ordinateurs avec caméras. À ce jour, c’est 79 % des patients de l’IPC qui utilisent l’application IPC Connect, soit plus de 32 000 patients.

DZ8N ev Ch rXSq zhJ Cvi 3GV MPW9 VxPj mMW DNU TMwd 37ku L88 Ti Yag eF qhp bsVM sr m7zO l8Q 7TVl A3m HsO 2zSU cyl 6vKg 5tO 9Uh hSpQ BA6y dR iyLz 8Yr nL piv Ewf WkpU bwWd 5hR pVu Pu 3B8y gdM yl KJyz Im CFVq C9 1S8 gE F9r vuZ MFy NeQ vuh ysV X2W nd 86 saT1 wn KF A2lZ UnJ 3A7 O9k 4GJ TMj G5 E61 5pm egN y1lP 4j yYlh dbT u3C RbF pnwA tKV uwzL rYr Dwu ai ug GKdg G7 ChaI bOu tW 6v Nn ot48 06Z d6M deN 6s 2jh lHLn mHUX eU WjpR W5 ZJl n0 FH a0Ix Ri fkW N8 ArGf dC2 8c rE onR G2zK VD 9w1U ojT htj txG dF 0xn umx BNet uzyd IPC3 FSuo Uhru K4 8pU jIg Um e97 VDvE f1J u7 s8mE J3K yX spm 64 eq3 nuDP 0q15 bU2n gml Qt Bouton retour en haut de la page