Créé par une maman marseillaise, Lady Cocotte offre une nouvelle vie aux jouets d’occasion. Ceux-ci sont remis en état puis revendus sur la boutique en ligne et dans plusieurs points de vente physiques.

Les fêtes de fin d’année approchent, et avec elles leurs lots de cadeaux par milliers… À tel point que 110 000 jouets pour enfants finiraient à la poubelle chaque jour en France, après une durée d’usage moyenne de six mois*. De quoi réfléchir à deux fois en écrivant sa lettre au père Noël.

Une solution existe pour ces parents qui désespèrent de voir des montagnes de jouets s’entasser dans leurs placards au fil des années, mais qui n’ont pas le cœur à les jeter pour autant. Créé par une Marseillaise maman de deux enfants, le site Lady Cocotte propose, via sa boutique en ligne, de faciliter la vente et l’achat de jouets de seconde main.

Laura Bos rachète en lot les jouets et jeux de société mal-aimés ou oubliés, à condition qu’ils soient en matières naturelles (bois, carton, tissu, caoutchouc…), complets et fonctionnels. Après les avoir nettoyés et désinfectés un par un, elle les met en vente sur son site, où ils peuvent ensuite trouver preneur dans une nouvelle famille.

lady cocotte, Lady Cocotte, le site marseillais pour s’offrir des jouets de seconde main, Made in Marseille
Une fois les jouets réceptionnés, Laura les nettoie et les désinfecte avant de les mettre en ligne sur le site de Lady Cocotte.

Faciliter l’achat de cadeaux de seconde main

L’idée lui vient quand, fin 2020, elle est confrontée à quelques mésaventures alors qu’elle se charge de l’achat en ligne de cadeaux d’occasion pour les enfants de son entourage : recherches et discussions chronophages, déplacements coûteux, objets abîmés et pièces manquantes…

« Ça a été compliqué. Je voulais consommer de l’occasion, mais il fallait vraiment que je sois convaincue pour continuer de le faire, confie cette diplômée d’un master marketing. S’il existe déjà des sites sûrs et efficaces pour dénicher des vêtements de seconde main, la même chose manquait pour les jouets. D’où cette idée de se positionner en tant que professionnels et d’apporter une garantie dans l’achat d’occasion sans mauvaises surprises ».

Laura ouvre la boutique en ligne Lady Cocotte en septembre 2021, aidée par son expérience dans la vente. Notamment chez Petit Bateau, où elle aide à mettre en place un point de revente d’habits de seconde main dans la boutique aixoise de la marque. « J’ai pu voir l’envers du décor. En étudiant la question, j’ai vu que le marché de l’occasion allait exploser dans les prochaines années », lance l’ancienne responsable régionale de l’enseigne.

2 500 jouets revalorisés

À ce jour, Laura Bos a déjà offert une nouvelle vie à environ 2 500 jouets, parmi les 4 500 jouets collectés. Avec ce projet, Lady Cocotte espère participer aux changements des habitudes de consommation et promouvoir des achats responsables. « Si on ne trouve pas son bonheur d’occasion, c’est très facile de se retourner vers du neuf. Pour participer à ce changement, c’était important pour moi de proposer du choix et de la qualité ». Le site offre une large variété de jouets, catégorisés par type et par âge.

Mais comment convaincre ceux pour qui la seconde main n’est pas une évidence ? Au-delà du site internet, Laura Bos tient à diversifier ses points de vente afin que la clientèle « classique », souvent en quête de neuf, retrouve des jouets d’occasion sur son parcours d’achat.

Elle commence par démarcher des petites boutiques de jouets dans la région. En juillet 2022, le premier point de vente physique de Lady Cocotte s’installe dans un coin de la boutique Au fil des jeux à Trets. Puis vient ensuite la boutique Biicou en région parisienne, dédiée aux articles de puériculture 100 % d’occasion.

Les jouets Lady Cocotte sont également présents sur la boutique en ligne Graffiti, e-commerce de jouets neufs qui propose maintenant un onglet d’occasion, et seront bientôt disponibles à la vente sur des plateformes écoresponsables tels que Beebs et DreamAct.

lady cocotte, Lady Cocotte, le site marseillais pour s’offrir des jouets de seconde main, Made in Marseille

Un marché de l’occasion en plein essor

Acheter de la seconde main, c’est dans l’air du temps. Une tendance portée simultanément par la crise économique et les prises de conscience écologiques.

Et de plus en plus de grandes enseignes l’ont compris. C’est le cas de Kiabi, qui doit bientôt ouvrir une grande boutique de vêtements d’occasion pour enfants dans le nord de la France, ou encore le groupe Casino, qui a récemment inauguré trois nouvelles boutiques O’caZ dédiées à l’occasion et au déstockage.

Tous se sont rapprochés de Lady Cocotte. « Ils avaient envie de proposer des jouets d’occasion mais n’ont pas forcément envie de les collecter, explique Laura Bos. Chez eux, on peut maintenant trouver des jouets Lady Cocotte. Ils savent que c’est une demande des consommateurs, car l’économie circulaire répond à beaucoup de problématiques actuelles : de zéro-déchets, de surproduction, de coûts… ».

La tendance montre d’ailleurs que de plus en plus de parents pensent à acheter des jouets d’occasion pour Noël. Ils seraient 48 % cette année, selon une étude de Libre Service Actualités (LSA). Mais ce n’est pas uniquement pour des raisons économiques, puisqu’ils feraient ces achats avec le même budget moyen que l’année dernière, à savoir 130 €. « Les gens veulent dépenser différemment cette année, aussi pour des raisons écologiques, et je pense qu’ils le feraient si on leur facilitait la tâche », conclut la fondatrice.

* Selon une étude de l’Agence de la transition écologique (ADEME).

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !