Le vélo-reporter Jérôme Zindy a sillonné les 9 parcs naturels de la Région Sud. Sa mission : réaliser une série documentaire sur les solutions déployées face au changement climatique.

Peut-on encore appeler ça un vélo ? Avec son cadre rallongé et les deux grands panneaux photovoltaïques installés à l’avant et sur la grande remorque qu’il tracte, il a des airs d’objet roulant non identifié. Le « vélo-reporter » Jérôme Zindy parvient toutefois à se faufiler avec agilité dans les rues de Marseille.

Durant un mois, il a parcouru 1 550 kilomètres avec « plus de 17 000 mètres de dénivelé » pour réaliser une série de 9 reportages vidéo sur des solutions environnementales dans les 9 parcs régionaux de Provence-Alpes-Côte d’Azur. Il a clôturé son périple par une étape finale, le 28 octobre, avec l’ascension du Mont Ventoux. « J’en ai quand même bavé malgré l’assistance électrique ».

Sur ce grand tour de la région Sud, « les panneaux solaires m’ont permis d’être autonome en énergie à 94 %. J’ai dû recharger une seule fois en Camargue, où je n’ai pas eu de soleil sur près de 150 kilomètres ».

Pédaler face à un climat qui déraille

Sa série documentaire « De parc en Parc » se focalise sur les solutions déployées face au changement climatique. Car « l’heure n’est plus au constat. Les choses changent, et très vite. Notre région va subir rapidement une hausse de 2,2 degrés contre 1,9 pour la France. Et en montagne, le réchauffement est deux fois plus rapide qu’en plaine ».

Le Groupe régional d’experts sur le climat, le Grec Sud, et les Parcs naturels régionaux de Provence-Alpes-Côte d’Azur l’accompagnent dans ce projet. « Ce sont des experts du climat et de la biodiversité qui développent des programmes exemplaires face aux bouleversements du climat », raconte Jérôme Zindy.

jérôme zindy, Sur son vélo solaire, Jérôme Zindy filme l’adaptation climatique des parcs régionaux, Made in Marseille
Lors de son étape marseillaise, Jérôme Zindy a présenté le projet « De parc en parc » avec des représentants du Giec local et des parcs naturels régionaux

Coup de projecteurs sur les solutions du territoire

Adaptation des productions viticoles, désartificialisation des sols, sylviculture résiliente et agroécologie… Il va donc mettre en avant neuf projets expérimentés face aux bouleversements environnementaux, dans les neuf parcs régionaux.

Comme dans celui des Préalpes d’Azur (06) dans le village de Gourdon, où, depuis 2015, plus de 500 habitants s’attellent à restaurer des restanques, ces terrasses en pierres sèches typiques des montagnes méridionales, et les remettre en culture.

Avec un triple objectif : se prémunir face à la multiplication des pluies torrentielles, maintenir l’humidité dans les sols, et favoriser une agriculture locale et responsable. « Ce projet regroupe 50 familles. Ces habitants visent une autonomie alimentaire », explique Jérôme Zindy. « Mais ces aménagements favorisent aussi l’infiltration de l’eau, protègent des inondations, et sont des spots de biodiversité ».

Des porteurs de solutions environnementales, il en a rencontré dans le Parc du Verdon, sur le plateau de Valensole, « dont les nappes phréatiques ne sont plus potables. Les agriculteurs s’impliquent pour résoudre ce problème ». Dans le Parc de la Sainte-Baume, qui travaille à rendre les forêts plus résilientes au réchauffement, en Camargue ou la renaturation du littoral doit permettre d’affronter la montée des eaux…

« Parler de l’environnement, sans impacter l’environnement »

Et ainsi de suite dans les Parcs des Alpilles, du Mont Ventoux, du Luberon, des Baronnies provençales, du Queyras… « Les neuf vidéos de 4 minutes sont en cours de montage et seront bientôt publiées sur Internet et les réseaux sociaux ».

Le leitmotiv de ce cyclo-journaliste : « parler de l’environnement, sans impacter l’environnement ». En 2019, sa carrière a pris un sacré virage alors qu’il travaillait jusqu’ici « dans le rallye-raid automobile ! ». Cette année-là, il fait une randonnée dans l’un des territoires les plus verts et humides de France : l’Auvergne. « Mais rien n’était vert. J’ai vu des villages ravitaillés par camion-citerne ».

Une situation qui est devenue presque banale cet été 2022, et ce jusqu’en Bretagne. Mais à l’époque, il l’a vécue comme « une grosse claque » qui l’a amené à creuser ces questions environnementales. « Et là, on ouvre une boîte de Pandore ». Un sujet de long court, qu’il documente désormais en pédalant.

jérôme zindy, Sur son vélo solaire, Jérôme Zindy filme l’adaptation climatique des parcs régionaux, Made in Marseille
Sur les routes de Camargue pour filmer les solutions de résilience naturelle. Crédit : Jérôme Zindy
Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !