En leur qualité d’anciens présidents, Jean-Claude Gaudin, Guy Teissier et Eugène Caselli ont assisté ce lundi à l’ultime séance du Conseil de territoire Marseille Provence. L’organe disparaît dans le cadre de la réforme métropolitaine.

Il s’agissait de la dernière séance du Conseil de territoire (CT1) Marseille Provence, ce lundi 27 juin. Comme les six autres organes territoriaux de la Métropole Aix-Marseille-Provence, il disparaîtra le 1er juillet. C’est la conséquence de la loi 3DS, relative à la différenciation, la décentralisation et la déconcentration, qui prévoit une nouvelle structuration de l’institution.

Le conseil de territoire Marseille Provence est le descendant direct de l’ancienne communauté de communes Marseille Provence Métropole (MPM). C’est pourquoi tous les présidents qui ont dirigé ce territoire ont été invités à assister à la dernière séance : Jean-Claude Gaudin (LR), Eugène Caselli (PS), Guy Teissier (LR), et Jean Montagnac (LR).

« Aujourd’hui, une page se tourne », a lancé l’actuel et dernier président, Roland Giberti (LR), en introduction de séance. Il s’est dit « fier du travail accompli » alors que « la loi 3DS est venue siffler la fin du match pour notre territoire. Une nouvelle ère s’ouvre au bénéfice de la “grande Métropole” […] pour la faire exister et la propulser vers le futur ».

« Ils ont tous été bien servis »

Pour rappel, la disparition des conseils de territoire prévue dans cette réforme métropolitaine vise à centraliser les compétences stratégiques vers l’intercommunalité. Comme la mobilité, le développement économique, la politique environnementale et de santé, la rénovation urbaine et le logement.

Les communes, quant à elles, doivent récupérer des compétences de proximité : la voirie, la propreté, l’éclairage… C’est ici que la réforme sera la plus sensible à mettre en œuvre. Car il faudra financer ce transfert de compétences, qui peut différer pour chaque commune, avec des attributions de compensations. Les négociations s’annoncent sportives.

« Je crois, d’après ce que l’on a dit, qu’ils ont tous été bien servis [les territoires] », veut rassurer Jean-Claude Gaudin, ancien maire de Marseille et premier président de la Métropole.

« L’enjeu principal, c’est de jouer le jeu de la solidarité »

Pour l’ancien président de MPM, Eugène Caselli, « l’enjeu principal, c’est de jouer le jeu de la solidarité. La Métropole est un outil puissant de cohérence territoriale et de solidarité. Ce n’était pas le cas auparavant. Les conseils de territoire avaient pérennisé l’esprit des anciennes intercommunalités. Aujourd’hui, la Métropole doit être une et indivisible ».

Guy Teissier, qui a également présidé le conseil de territoire Marseille Provence estime que la disparition de ces organes aboutira à une Métropole « plus efficiente ».

Quatre commissions ont été créées pour la mise en œuvre de cette réforme avec les élus du territoire : ambition, finances, compétences et « Clect », la commission locale d’évaluation des charges transférées. Leur travaux doivent aboutir début 2023.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !