La tendance des barres énergétiques est en plein essor en Provence, où des fabricants passionnés proposent des alternatives aux produits industriels de grandes surfaces. À la fois saines et gourmandes, découvrez quatre barres énergétiques artisanales et locales.

La barre énergétique est l’atout des sportifs. Véritable concentré d’énergie et de nutriments, consommée sur le pouce, elle compense les dépenses énergétiques au fur et à mesure de l’effort afin d’éviter le « coup de fatigue » dû à la baisse brutale du taux de sucre dans le sang. C’est pourquoi elle est très utilisée pendant la pratique de sports d’endurance comme le trail, le triathlon ou le cyclisme. Mais pas forcément besoin d’être un grand sportif pour s’en délecter : certaines se mangent à l’heure du goûter, pour booster l’énergie.

D’abord fabriquées aux États-Unis, les barres d’énergie sont arrivées sur le marché français il y a une vingtaine d’années. Si l’on peut facilement en trouver en grandes surfaces ou dans les magasins de sport, la plupart sont produites de manière industrielle avec une quantité importante de conservateurs, d’additifs et ne visent que la performance. Néanmoins, il existe de plus en plus de barres de céréales artisanales, saines et gustativement bonnes.

Sucrées et salées, locales, bio, vegan, sans gluten ni sucres ajoutés… qu’elles réinventent un savoir-faire traditionnel comme les barres au nougat de la famille Silvain, ou qu’elles jouent avec le format des barres énergétiques classiques comme les boules d’énergie de Nüttree, la tendance est résolument en train de s’ancrer en Provence, où le marché de la nutrition sportive continue de se diversifier, porté par des passionnés. Quatre provençales, dont deux marseillaises : tour de table des barres énergétiques « made in Sud ».

bAAM !, la barre marseillaise gourmande et « healthy »

Déçu des produits industriels qu’il trouvait dans le commerce, Tristan Nicolas a décidé il y a trois ans de créer sa propre barre énergétique en synthétisant ses deux passions : la cuisine et le sport. Ce skateboarder, cuisinier et boulanger de formation, rêvait de barres de céréales qui soient aussi bonnes pour la santé que pour le palais. Il imagine la première recette lors d’un séjour à la Réunion au contact d’un ami coureur de trail… et bAAM!, de retour dans la cité phocéenne, la première barre athlétique marseillaise est née.

barres énergétiques, Le business des barres énergétiques artisanales « made in Sud » en plein essor, Made in Marseille
Tristan Nicolas, créateur des barres énergétiques bAAM. Photo : Olivia Chaber

Leur particularité ? Les bAAM ne contiennent aucun sucre ni farine transformés. L’ingrédient principal est un miel de lavande IGP produit à l’Estaque, que Tristan a choisi pour ses qualités antiseptiques, antioxydantes et non périssables. Élaborées avec une diététicienne et testées par des sportifs de haut niveau, les recettes sont constituées uniquement d’ingrédients bio, infusés pendant plusieurs heures dans le miel. Tristan prépare les barres de manière artisanale, avec l’aide de Clément, chargé de développement en alternance, et Maxime, stagiaire.

bAAM propose 4 barres différentes, contenant de 160 à 180 calories, qui « permettent d’assurer une heure d’énergie », le tout dans des emballages en cellulose 100% compostables : amande/banane/agrumes, cacao/café/gingembre, sésame/citron, ou encore banane/agrumes/CBD, pour « la détente après l’effort ». Des mariages de saveurs originaux et complexes, certainement inspirés par l’expérience de Tristan en tant que cuisiner dans des restaurants gastronomiques. « Pour moi, le plaisir de manger quelque chose de bon, c’est déjà une source d’énergie en soi », résume le trentenaire, qui élabore en ce moment la première bAAm salée.

2,50€ la bAAM!, disponible en ligne et dans une trentaine de points de vente à Marseille et dans la région.

L’endurante, la barre du Mont Ventoux

Enracinée à Saint-Didier dans le Vaucluse, la nougaterie de la famille Sylvain, labellisée Entreprise du patrimoine vivant, fabrique des confiseries depuis plus de 25 ans. Dans les années 90, Philippe Silvain confectionne les « Nougatonic » pour ses amis cyclistes et lui, à partir des chutes du nougat noir tendre. L’ancêtre des barres énergétiques L’endurante, en somme.

C’est en 2018 que François Vicente, son neveu, améliore la barre en travaillant sur ses valeurs nutritionnelles et énergétiques afin d’en faire un produit à part entière de la gamme. Passionné de randonnée et de trail, il conçoit L’endurante pour apporter aux sportifs les carburants indispensables à l’effort physique, le tout avec des ingrédients le plus possible locaux. « C’était un pari, raconte sa cousine Claire Silvain, gérante de la nougaterie, car les barres énergétiques sont souvent faites avec des matières premières peu coûteuses. Nous utilisons des produits nobles, des amandes et du miel de qualité. »

L’Endurante, l’une des premières barres énergétiques artisanales à base de nougat, se décline désormais en deux versions : la traditionnelle à base d’amandes, de miel IGP Provence, de fruits secs et de pollen, et la salée à base d’olives noires de Nyons, de fleur de sel de Camargue, de quinoa et de jus de betterave. Aujourd’hui, la famille Silvain cultive près de 40 hectares d’amandiers, dont 7 en bio ; leurs barres énergétiques contiennent uniquement des amandes provenant de leur filière « Paysans nougatiers », qui regroupe cinq producteurs dans la région.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Nougats Silvain (@nougats_silvain)

9,60€ le lot de 4 Endurantes, à retrouver directement sur la boutique en ligne et à Saint-Didier des Nougats Silvain, chez les revendeurs aux alentours du Ventoux et dans la région.

Nüttree, la petite boule d’énergie engagée

Depuis un an et demi, Leslie Hoebeke propose une alternative « aux snackings industriels ». Nüttree est née à Marseille, au gré des échanges avec une amie franco-américaine. « J’ai trois enfants et j’étais bien prise par mon métier. Alors, un en-cas sain, à portée, ça m’a tout de suite parlé », explique-t-elle. Les energy ball de Nüttree sont nées de cette volonté d’avoir un goûter « coup de boost », facile à manger.

La datte, deglet nour ou medjool, sert de base et permet de n’ajouter aucun sucre à la recette. Cette dernière se décline en 6 saveurs, qui contiennent toutes 50 % de fruits secs. Elles vont du classique noix de coco-choco à piment d’Espelette-abricot, qui titille les papilles. Pour elle, « l’important, c’était que l’on retrouve vraiment le goût des ingrédients. Pour la recette pomme-cannelle, je voulais évoquer la tarte aux pommes, qu’il y ait ce petit côté madeleine de Proust », sourie-t-elle.

Les barres, fabriquées artisanalement dans le 15e arrondissement de Marseille, ne contiennent aucun additif, ni conservateur. Elles sont biologiques et certifiées vegan. « L’objectif reste de se faire plaisir sans culpabiliser pour sa santé et par rapport à la question environnementale », souligne-t-elle. Dans cette idée, les sachets sont réutilisables. Pour les clients qui achètent sur internet, le vrac est disponible. C’est dans la même optique que la micro-entreprise reverse 1 % de son chiffre d’affaires à 1 % pour la planète depuis le début de 2021. « Avoir une démarche engagée, c’est notre façon de contribuer à protéger l’environnement », livre Leslie Hoebeke.

On peut acheter les produits de Nüttree en ligne. Les sachets contiennent 3 energy ball chacun. Ils s’achètent par lot de 6 et coûtent 17,40€. On peut également les prendre en vrac. L’ensemble coûte alors 9,50€.

La barre familiale de l’atelier de Marius & Magalie

Stéphanie et Guillaume Pascal ont repris en 2016 une vieille entreprise artisanale à Salernes, dans le Var : Angèle confiserie. « L’ancien artisan travaillait la pâte d’amandes avec une méthode qui lui venait de ses parents. Il me l’a transmise », confie Stéphanie Pascal. C’est cette recette ancestrale qu’elle emploie aujourd’hui pour confectionner ses douceurs. La société est donc restée artisanale, mais aussi familiale.

Les deux enfants du couple ont eu l’idée de créer une barre énergétique en 2017. « Ils faisaient pas mal de sport et on a commencé à leur donner des barres de pâte d’amandes. Ils ont fini par nous dire qu’on devrait en vendre à destination des sportifs », dévoile la co-fondatrice.

Source de protéine et d’oligo-éléments, la pâte d’amandes sert de base. En général, seulement un fruit l’agrémente. « On voulait faire quelque chose de naturel, avec des produits bio et sans conservateurs », glisse Stéphanie. Elle raconte que leur barre la plus populaire est celle à l’amande complète, moins sucrée que les autres. Ensuite vient celle à la clémentine, qu’ils font confire eux-mêmes. Il existe 7 autres déclinaisons sucrées et une salée, aux amandes, graines de courges, flocons d’avoine et cacahuètes. À cela s’ajoute que les barres de Marius & Magalie sont efficaces en termes de coupe-faim et qu’elle se conservent à température ambiante, 8 mois à partir de la date de fabrication.

Les barres sont toutes à 2,10€. Elles sont vendues individuellement ou en lot de 10 à 20,50€, ou en lot de 30 à 50,50€. On peut les commander sur le site de l’atelier.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !