La Ville de Marseille rouvre les portes du Hublot. Un lieu de découverte du milieu maritime et de sensibilisation à la fragilité de la biodiversité aquatique.

À quelques jours de la journée mondiale de la biodiversité, la Ville de Marseille rouvre pour la troisième année consécutive Le Hublot, sur les plages du Prado. Un espace interactif destiné à valoriser le patrimoine aquatique de Marseille et rappeler la fragilité du monde marin.

« En sortant du Hublot, sensibilisés à ce biotope et à son fonctionnement, les visiteurs deviennent ambassadeurs de cette nature qui ne peut pas se défendre sans eux », explique Hervé Menchon, adjoint au maire en charge de la biodiversité marine.

Aménagé dans l’ancien poste de secours de la plage Borély (8e), il propose en effet différentes expériences tactiles et sensorielles. Le lieu est accessible gratuitement à tous les publics et tous les jours jusqu’au premier week-end d’octobre.

Une exposition estivale mêlant photos, vidéos et réalité virtuelle

Animé par deux médiateurs spécialistes de l’environnement marin, le Hublot comporte trois zones distinctes. Dans la première, des photos grand format des récifs artificiels du Prado sont exposés.

Le Hublot, Le Hublot rouvre ses portes sur la plage Borély pour sensibiliser à la biodiversité marine, Made in Marseille
© Maroine Jit

La seconde présente les actions des institutions et associations partenaires, ainsi que des documents sur la faune, la flore, les bonnes pratiques à terre et en mer, ou encore les zones protégées comme le Parc national des Calanques.

Le Hublot, Le Hublot rouvre ses portes sur la plage Borély pour sensibiliser à la biodiversité marine, Made in Marseille
© Maroine Jit

Enfin, la troisième pièce dispose d’une zone climatisée où le visiteur peut découvrir deux aquariums, écouter des enregistrements de bruits de la mer, ou encore examiner des organismes microscopiques à l’aide de loupes.

Sans oublier le clou de la visite : une plongée virtuelle au cœur des récifs artificiels du Prado, grâce à des casques de réalité virtuelle. Ils permettent de découvrir la richesse et la biodiversité du lieu. Un sanctuaire interdit aux pêcheurs, aux plongeurs et aux apnéistes depuis sa création il y a dix ans.

Dès le mois de juin, des écoliers de la ville pourront venir visiter le lieu. Puis, en juillet et août, les enfants viendront avec les centres aérés.

Pour pouvoir toucher plus de scolaires, Hervé Menchon déclare vouloir « augmenter l’amplitude du Hublot sur l’agenda annuel », mais aussi créer un deuxième point comme Le Hublot. « Ça pourrait se faire si j’arrive à convaincre certaines fondations de nous aider financièrement pour sensibiliser à la biodiversité marine. C’est un travail qui est en cours ».

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !