Depuis 2019, la trottinette aquatique et électrique Blue Way, créée à Aubagne, se fait une place sur les plages de France, d’Europe et du monde. Une version accessible au grand public doit voir le jour en 2024.

Une planche de paddle, un guidon et une batterie hermétique d’une autonomie de 7 heures. Voici le Blue Way, une trottinette aquatique pour découvrir la mer de façon électrique en glissant sur l’eau.

Au départ, une idée : « rendre la mer accessible à tous », explique Thomas Milles, concepteur produit chez Next Blue Tech, la start-up aubagnaise qui a conçu l’engin aquatique. Le Blue Way avance à une vitesse de 7 km/h et sa stabilité lui permet d’être pilotée par toute personne « de 5 ans à 85 ans ».

Les créateurs insistent également sur le faible impact environnemental de leur produit. Grâce à sa motorisation électrique, la trottinette des mers ne génère ni pollution ni nuisance sonore. Autre singularité : elle est 100 % recyclable. « Le flotteur est fait en polyéthylène. Une fois que le client veut changer le produit parce qu’il le considère hors d’usage, on peut broyer la planche pour en refaire une autre », détaille Thomas Milles.

À la conquête de l’international

Trois ans après la commercialisation de son premier prototype, Next Blue Tech se développe à vitesse grand V. Déjà présent sur les plages de France, d’Italie, d’Espagne, d’Égypte, des Émirats Arabes Unis ou encore de Dubaï, le Blue Way devrait pénétrer prochainement le marché des États-Unis.

Un responsable export dédié aux USA a récemment rejoint les rangs de la start-up. Grâce à ce seul pays, la start-up pourrait générer entre 500 000 et 1 million d’euros de chiffre d’affaires annuel. « On a un potentiel de plusieurs centaines d’unités là-bas », précise Laure Houdaille, la directrice commerciale du groupe.

trottinette aquatique, Vidéo | Blue Way, la trottinette aquatique made in Aubagne veut conquérir la planète, Made in Marseille
© Blue Way

Un modèle pour le grand public d’ici deux ans

Pour continuer son extension, l’entreprise lève des fonds auprès de nombreux acteurs locaux et des institutions, comme la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur. « On en est à 1,5 million d’euros. Ça nous permet de recruter, de développer des produits toujours plus compétitifs et de sortir une version encore mieux que la précédente », souligne Thomas Milles.

Avec un prix d’achat de 7 000 euros pièce hors taxe, le Blue Way est vendu exclusivement aux professionnels du tourisme. Pour le moment… Un modèle plus compact avec une batterie à l’autonomie moins élevée est actuellement à l’étude. « On réfléchit à rendre accessible ce produit au grand public d’ici à 2 ans », prévoit Laura Houdaille.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !