La start-up Hors Normes s’est donnée pour mission de sauver les fruits et légumes moches du gaspillage. En partenariat avec une association d’insertion, elle lance à Marseille son service de livraison en vélo-cargo, à domicile et en point retrait.

Depuis deux ans déjà, la jeune start-up Hors Normes a choisi de donner une chance aux fruits et légumes « moches » en faisant le lien entre producteurs et consommateurs. En 2020, alors que la France était confinée, ses fondateurs Sven Ripoche et Grégoire Carlier ont lancé leur service de livraison qui permet d’acheter des produits alimentaires bio 40 % moins chers qu’en magasin.

Les initiatives pour lutter contre le gaspillage alimentaire se multiplient ces dernières années, mais les deux entrepreneurs estiment que « peu de solutions existent en amont de la distribution ». Selon eux, les producteurs jettent environ 5 % de leurs stock de fruits et légumes bio. Leur tort ? Être trop gros, trop petits ou trop tordus pour les normes de la grande distribution.

Ils s’inspirent alors d’une initiative américaine, Misfits Market, qui met à la vente des produits alimentaires qui ne peuvent pas être mis sur le marché. Convaincus par le concept, ils le développent en France avec la mise sur orbite d’Hors Normes. La philosophie est la même : récupérer les denrées que les producteurs ne peuvent pas livrer aux circuits de distribution traditionnels et les proposer aux consommateurs via un site de livraison en ligne.

hors normes, Hors Normes, le service de livraison qui sauve du gaspillage les fruits et légumes bios, Made in Marseille
© Hors Normes

Un concept gagnant-gagnant pour les producteurs et les consommateurs

C’est à Paris, puis à Lyon, que Sven et Grégoire testent leur idée pour lutter contre ce gaspillage qui a lieu « loin des yeux ». Outre l’impact environnemental, leur objectif est double. Tout d’abord, aider les agriculteurs français, qui sont 18 % aujourd’hui à vivre sous le seuil de pauvreté, en leur permettant de sauver une partie de leur récolte et d’augmenter leurs revenus.

Mais aussi rendre les fruits et légumes bio plus accessibles en les vendant beaucoup moins cher que dans les épiceries classiques, alors que 3 Français sur 4 estiment ne pas pouvoir en acheter habituellement. 6 formats de paniers sont proposés sur la plateforme, allant de 11,50 euros à 28 euros. Un panier mix contient une dizaine de variétés de fruits et légumes, auxquels peuvent s’ajouter une sélection de produits d’épicerie (riz, pâtes, confitures…), dotés d’une date de péremption trop courte ou victimes de sur-stock.

Et l’idée séduit : ce service, pour l’instant unique en France, a fini par convaincre plus de 5000 consommateurs réguliers en Île-de-France et dans le Rhône.

hors normes, Hors Normes, le service de livraison qui sauve du gaspillage les fruits et légumes bios, Made in Marseille
© Hors Normes

Hors Normes débarque à Marseille

Après Paris et Lyon, c’est donc dans la cité phocéenne qu’Hors Normes entend déployer son service de livraison de « fruits et légumes moches ». Pour cette troisième ouverture, la jeune entreprise ambitionne de convaincre 700 clients réguliers d’ici le mois de juin, ce qui permettrait de « sauver plus de deux tonnes de produits alimentaires par semaine ».

Les consommateurs pourront récupérer leurs paniers dans les 33 points de retrait du réseau implantés à travers la ville ou bien recevoir leur panier directement à leur domicile.

Hors Normes indique avoir déjà noué des partenariats avec une dizaine de producteurs locaux, situés dans un rayon de 30 à 100 km de Marseille. « Le bio est très développé dans le Sud, avec la présence notamment de la coopérative Solébio », souligne Sven. « En tant que 1er territoire bio de France, la région marseillaise s’est naturellement imposée à nous ».

hors normes, Hors Normes, le service de livraison qui sauve du gaspillage les fruits et légumes bios, Made in Marseille
© Hors Normes

Des paniers préparés par des personnes en insertion

La start-up tient également à travailler avec des personnes en parcours d’insertion professionnelle. À Marseille, c’est ANDES (Association Nationale de Développement des Epiceries Solidaires) du groupe SOS qui préparera les commandes au sein du chantier « La Banaste de Marianne », situé dans le 14e arrondissement.

Les paniers seront ensuite livrés, notamment en vélo-cargo, par l’entreprise Urby, filiale du groupe La Poste, spécialiste de la livraison du dernier kilomètre en zone urbaine.

Pour Sven et Grégoire, ce nouveau déploiement va « offrir la possibilité aux consommateurs marseillais de participer à la lutte contre le gaspillage alimentaire, tout en consommant des produits issus de producteurs bio locaux ». Si le succès est de nouveau au rendez-vous, le concept devrait continuer à s’exporter à travers la France.

Hors Normes : découvrez la plateforme de livraison.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !