Véritable institution pour les Marseillais, le Badaboum Théâtre attire petits et grands. Cette année, pour sa 25e bougie, toute l’équipe a décidé de fêter ce bel anniversaire en revenant sur ce qui a été fait et en proposant de nouveaux projets pour le bonheur de tous.

Lorsque le Badaboum Théâtre a ouvert ses portes, il n’existait rien de tel à Marseille et dans la région. Ce lieu spécifiquement fait pour le jeune public aussi bien dans ses dimensions, que dans son accueil et dans le travail proposé reçoit régulièrement jusqu’à 300 enfants  – de 3 à 19 ans – pour les cours de théâtre, cirque. Mais les plus grands ne boudent pas non plus leur plaisir et ont leur propre cours chaque lundi et mardi soir.

Le Badaboum, un lieu d’art et de vie

Le Badaboum Théâtre s’articule autour de 4 pôles : la salle de spectacle, l’école du théâtre, l’école du cirque et l’école du spectateur. Ce qui est important de souligner, c’est que ce lieu n’a pas pour vocation de créer les acteurs de demain, les futures star. Il a une dimension pédagogique, artistique et citoyenne comme le précise Laurence Janner, directrice du Badaboum. Les techniques du théâtre, du cirque sont utilisées comme moyen d’épanouissement, une façon d’aborder aussi bien la scène que le groupe.

Leur mission est d’ouvrir une fenêtre sur l’imaginaire, sur les possibles, élever l’enfant à un niveau de réflexion, de sensibilité et en faire le citoyen de demain. Quant à l’école du spectateur, elle encourage non seulement les rencontres après les spectacles avec aussi bien l’équipe artistique, les animateurs mais elle permet surtout de libérer la parole. Ces temps sont l’occasion de revenir sur le travail accompli et de démystifier le théâtre qui a bien trop souvent une image élitiste.

Badaboum théâtre, Dans les coulisses du Badaboum Théâtre qui fête ses 25 ans, Made in Marseille
Dans la rue du Badaboum Théâtre – © Sandra Aïli

Le Badaboum Théâtre donne la possibilité de s’exprimer en toute liberté, de confronter plusieurs sensibilités à travers différentes questions. Et c’est bien là ce qui fait toute la richesse de ce lieu mais aussi de notre société.  Une richesse qui vient également de la fréquentation même du Badaboum. Idéalement situé sur le Vieux Port, il accueille tous les publics – de divers quartiers, de diverses générations. Car oui, le Badaboum c’est aussi une histoire de famille. « Nous en sommes à la 2e génération. Nous voyons aujourd’hui beaucoup de personnes qui fréquentaient le Badaboum étant enfants venir aujourd’hui avec leurs enfants. Ils viennent désormais en famille. » indique Laurence Janner.

Les rendez-vous à ne pas manquer

Pour ses 25 ans, le Badaboum a vu les choses en grand. Après son 25e lancement de saison en septembre et son BadaNoel en décembre, où des représentations ont été offertes au public, le prochain rendez-vous est prévu pour le printemps. A cette occasion, le lieu change ! L’action se déroulera en extérieur, dans un parc, avec une forte participation des familles qui ont l’habitude de fréquenter le Badaboum. C’est également une volonté de leur part d’aller à la rencontre d’un public qui ne les connaît pas encore, et tout ça dans la bonne humeur ! Enfin, un quatrième temps fort est également prévu avec la représentation d’une création « Si j’avais 25 ans… » menée par les grands de 19 ans.

Mais, ce n’est pas tout. Le Badaboum, c’est également des engagements. A raison d’une fois par semaine, des interventions ont lieu dans une classe Cliss de l’école Révolution à la Belle de Mai auprès des enfants tout juste arrivés sur le territoire.

Le but premier est de « reconnaître leur culture, leur soif de connaissance. C’est un travail à travers lequel nous essayons de mettre de côté la langue. Et par le jeu du théâtre mais aussi à travers des contes que souvent les enfants connaissent, ils acquièrent un certain langage. Ils assistent à des spectacles et rencontrent par la suite le comédien avec lequel s’instaure une vraie relation et stimule l’envie d’échanger, de discuter» explique Laurence Janner, tout en soulignant le fort investissement des enseignants de la classe.

Cette initiative s’inscrit dans la lignée d’un documentaire filmé et monté par Nicolas Martin dans un collège d’Arles avec des pré-ados en échec scolaire. Présenté lors d’une conférence en 2007 au Maroc, ce documentaire a permis de donner la parole à ces jeunes en difficulté. A travers les processus de théâtre, ils ont pu retrouver un parole sincère, libérée de tous tabous. Ils ont ainsi pu s’exprimer sur les atouts de leur ville mais également sur le fantasme de leur pays d’origine. « La diffusion de ce documentaire pendant la conférence a touché tout le monde, les enseignants marocains, algériens présents et c’est ce qui a permis d’ouvrir de grandes discussions sur les modes d’enseignements du théâtre pour jeune public ».

Badaboum théâtre, Dans les coulisses du Badaboum Théâtre qui fête ses 25 ans, Made in Marseille
Affiche du spectacle “Les doigts d’une main ne sont pas semblables, ainsi en est-il des enfants d’une même famille” © Laurence Janner

Une fondation a également été créée : la Fondation Arabo-Européenne pour le théâtre et la jeunesse, avec la participation de différents pays comme les Emirats, le Quatar, l’Algérie, la Tunisie, le Maroc, l’Espagne et la France. Pour cette dernière session, le Badaboum Théâtre a été accueilli par l’Institut Français de Meknès. Cela a donné lieu a une création franco-marocaine avec des codes de représentations marocaines et contemporaines menée par une équipe franco-marocaine.

La première se tiendra le 4 février ! Le rendez-vous est pris.


Badaboum Théâtre

04 91 54 40 71

16, quai de Rive-Neuve 13007 Marseille

http://www.badaboum-theatre.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !