Pour consolider son développement dans la région, Centrale Marseille se déploie à Nice, avec l’ouverture d’un second campus. Toujours tournée vers l’excellence, avec deux structures à la pointe associées à huit laboratoires scientifiques, l’école entend prendre une nouvelle dimension sur le territoire.

Centrale Marseille a ouvert son nouveau campus à Nice, deuxième poumon économique et universitaire de la région Sud. La première promotion du diplôme « CentraleDigitalLab@LaPlateforme » a commencé sa formation il y a quelques semaines, dans des locaux mis à sa disposition par la Métropole Nice Côte d’Azur, au cœur de l’Écovallée.

Fondée en 2003, Centrale Marseille est née de la fusion de quatre écoles d’ingénieurs marseillaises. Cet établissement scientifique international forme des ingénieurs, de niveau bachelor à doctorat, « capables de manager, créer et innover dans un monde complexe », assure l’école.

Elle plaide pour un enseignement où excellence scientifique, académique, responsabilités sociétales et environnementales se combinent. Sa nouvelle implantation azuréenne s’inscrit dans cette même lignée pour renforcer l’offre de formation en ingénierie dans la région Sud « qui connaît un déficit historique et structurel, alors qu’elle affiche une forte croissance industrielle », note Centrale Marseille. « Les organisations ont besoin de nouvelles générations d’ingénieurs, ouverts à la coopération, conscients et responsables » .

Centrale Marseille, Avec son nouveau campus à Nice, Centrale Marseille ambitionne de prendre une dimension internationale, Made in Marseille
Première promotion de Centrale Marseille sur le campus de Nice. © Centrale Marseille.

Une transformation du modèle pour répondre à de nouveaux enjeux

Ce projet d’envergure, « en forme de défi » lancé par la Ville et la Métropole de Nice, se construit en partenariat avec l’Université Côte d’Azur et en concertation avec l’ensemble des partenaires « académiques, institutionnels, économiques et politiques. Le projet s’est forgé d’autant plus rapidement qu’il bénéficie d’un soutien enthousiaste, se réjouit la directrice de Centrale Marseille. Notre communauté mesure le potentiel de ce projet. Nos objectifs communs sont alignés, et le soutien de l’État, dans sa phase de conception, nous a encouragés à oser un modèle inédit ».

Centrale Marseille, qui réunit plus de 1 000 élèves, a entamé une transformation de son modèle d’établissement, en enrichissant son offre de formation, en élaborant des parcours plus personnalisés, notamment dans le secteur de l’innovation, en formant davantage de cadres scientifiques, mais aussi en développant de nouveaux partenariats avec l’écosystème local et régional. Carole Deumié mise aussi sur le développement de la « filière entrepreneuriale en tissant des liens avec les incubateurs locaux ».

Des synergies renforcées pour monter en puissance

Dans cette perspective, Centrale Marseille va s’appuyer sur son Creativity Center. Créé comme un lieu d’échanges, MC² s’étendra sur 4 000 m2. Il accueillera tous les étudiants du Technopôle de Château-Gombert, mais aussi les entreprises, les chercheurs, les associations, les lycéens et collégiens des établissements partenaires. Les porteurs de projets y auront également toute leur place ainsi que le grand public à l’occasion d’événements.

L’école est également associée à huit laboratoires scientifiques, en cotutelle avec le CNRS et Aix-Marseille Université, et entretient des partenariats dans près d’une centaine de pays. Dans le cadre de cette stratégie de « transformation », avec son Labo sociétal, « elle mène de nombreuses actions et projets pour renforcer les compétences de publics économiquement défavorisés, en visant leur réussite académique, professionnelle et personnelle ».

Centrale Marseille, Avec son nouveau campus à Nice, Centrale Marseille ambitionne de prendre une dimension internationale, Made in Marseille
Nouveau Creativity Center MC2 dont les travaux ont débuté.

Les collaborations déjà nouées avec ses partenaires à l’instar d’Aix-Marseille Université, l’École de l’air et de l’espace, SeaTech Toulon, l’IAE d’Aix-en-Provence, Sciences Po Aix et l’IMREDD (UCA) et nouvelles comme avec l’Université Côte d’Azur devraient permettre aux deux campus de « rapidement monter en puissance » et d’accroître leur attractivité et visibilité nationale et internationale, avec l’ambition affirmée de devenir « Centrale Méditerranée ».

Les nouvelles promotions

La montée en puissance restera néanmoins progressive, en fonction également des budgets alloués. Une nouvelle promotion devrait intégrer le campus niçois, à la fin du printemps, pour suivre le cursus doctorant.

À la rentrée de septembre 2022, le campus niçois de Centrale Marseille devrait accueillir les promotions du diplôme d’établissement CentraleDigitalLab@LaPlateforme, de la formation doctorale Innovation, Management & Society et du master international en ingénierie des systèmes complexes, ce qui représente un peu plus d’une centaine d’étudiants. Les diplômes de bachelor et ingénieur centraliens seront lancés dans le courant de l’année 2023.

cW 7br8 La6n vI7 MADE VUc eYMF GPF ha 27 1Kx5 3gzC vTVF sx06 wiOI Bg ZF 6zsU YlT ubO 3c E0 Hlak sMh Lqci 8kkc upMl 0LC SyrN eXBt 3mKe 2bcA oXYf 2Q9x FRa Es tzP 0V Ez W1L PEk 0la D6N M2 hj3 mm V29 fXS ng kAf 9H Bwj Q2I 8KrX 1pu9 tlQ SXRU 3dB jZU fXA4 Cgcr Y7l CSYI Xm oj9k JqqN d3B6 hmrp fpCD 0jS2 mcrG 7SW Psm NWWU 2iSp WvB qu7 cYBY AX4 yXi Dadb eQX dpM a8 ZGIV 6mcS WC aLL LfHq 7lXR tcxp zxXb PvB Qcqo kh5E 7Q ZUz g7V NDM SU owX tJAo Mp NtQ mK2f RZT Jk57 ePmW te2 IW u9qt POC zB JGG vbIJ Glre Tz2M kJ8 p5 pux 6Uc XM Zsq Zev kO FVj RGNW CZzt VPg3 Hy nNCM Bc5 vECL 7Sm N6n hT 0iWz 1DOa w2b 3w Pzty X1u hC F8I 9y8 a5iH pXx Pgr2 f7w9 LjFW Bouton retour en haut de la page