Face à la désertion des médecins généralistes, la première maison médicale digitale de Marseille s’implante dans la cité de la Castellane. Cet espace de téléconsultation a été porté par des habitants du quartier, des médecins, et soutenu par Zinédine Zidane. L’enfant du quartier était présent pour l’inauguration.

Il y a un peu plus d’un an, le dernier médecin généraliste de la cité de la Castellane (16e) partait. Depuis, aucun confrère n’a souhaité s’installer, faisant du grand ensemble HLM des quartiers Nord un désert médical de plus en France. Si on associe souvent ce problème aux campagnes, il touche également les zones urbaines les plus denses.

Une situation à laquelle ne pouvaient se résoudre des citoyens et associations du quartier. Parmi eux, Driss Kanes, à l’initiative d’un collectif rapidement soutenu par la famille de Zinédine Zidane, enfant de la Castellane. Ils mettent les habitants en contact avec un neurochirurgien qu’ils connaissent bien : Philippe Metellus. Ensemble, ils travaillent sans relâche pour trouver une solution afin de proposer un accès aux soins à la population du secteur.

Une solution trouvée en région parisienne, dans une cité du 94, confrontée à la même situation. Pour compenser le manque de médecins, l’artiste Mahamadou Coulibaly a mis en place un dispositif innovant avec l’Agence régionale de santé (ARS) : une maison médicale digitale (MMD).

À découvrir en vidéo

 

Zidane : « les déserts médicaux, c’est pas possible »

Après avoir étudié la faisabilité de ce dispositif, et trouvé des soutiens et des financements auprès de l’ARS Paca et des collectivités locales, les porteurs de projets sont parvenus à le reproduire à Marseille. Ce vendredi 11 février, ils sont fiers d’inaugurer la première maison médicale digitale de la ville.

Une double fierté alors que le marseillais le plus célèbre au monde, Zinédine Zidane, originaire du quartier, a fait le déplacement. « Vous savez, j’ai grandi dans ce quartier et je l’aime », a-t-il lancé. « Mais les déserts médicaux, c’est pas possible. C’est pas possible de laisser se creuser les inégalités dans l’accès aux soins ». Il s’est félicité de cette nouvelle maison de santé qui « va permettre d’améliorer la vie de ce quartier et des habitants ».

Rappelant l’importance de « la dignité des êtres humains », le champion du monde espère que l’expérience « ne va pas s’arrêter là. Le dispositif doit être déployé dans d’autres quartiers qui en on besoin, ici et en France ».

, Vidéo | Zidane inaugure la première maison médicale digitale de Marseille à la Castellane, Made in Marseille

Des consultations à distance grâce à du matériel médical connecté

Mais qu’est-ce qu’une maison digitale de santé ? « C’est un espace de téléconsultation virtuelle qui permet de répondre à l’accès aux soins des patients », explique le neurochirurgien Philippe Metellus. « Mais ce n’est pas uniquement digital. Sur place, une infirmière ou un médiateur en santé reçoit le patient et communique avec un médecin en webcam, et sera ses yeux et ses bras pour mener une consultation à distance ».

Une panoplie innovante d’outils médicaux connectés permet au médecin d’obtenir en direct les constantes du patient. « Comme la température, la tension… L’infirmière fait des examens basiques avec des dermatoscopes, des otoscopes, etc. ». Ainsi, le médecin peut poser un diagnostic à distance et prescrire un traitement.

Toutefois, en cas de problème de santé sérieux, une consultation en présentiel peut être nécessaire. « Dans ce cas, le patient est orienté vers deux maisons de santé de recours aux alentours : la maison régionale de santé de Malpassé, dans laquelle j’exerce, ou celle de Ruisseau-Mirabeau à Consolat », précise le neurochirurgien.

Un projet soutenu par de nombreuses institutions

Les porteurs du projets ont réussi à convaincre tous les acteurs publics de le soutenir : la Ville de Marseille, l’Agence régionale de Santé, l’Assistance publique des hôpitaux de Marseille (AP-HM), pour notamment mobiliser des médecins, le Conseil départemental des Bouches-du-Rhône, la Métropole Aix-Marseille-Provence…

Ainsi que la Région Sud, qui précise avoir investi 59 000 euros pour l’acquisition du matériel médical.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !