Pendant 2 jours, l’Europe aura les yeux braqués sur la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Nice accueille le forum annuel sur la Stratégie de l’Union Européenne pour les Régions Alpines (SUERA). Un événement international qui vient clôturer deux années de présidence française.

Le top départ est donné ce mardi 14 décembre 2021 à Nice pour le Forum annuel de la SUERA et la clôture de la présidence française 2020-2021, en présence de Renaud Muselier, Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Président délégué de Régions de France.

Il y sera question de tourisme durable, d’attractivité, de formation et d’emploi… Les Alpes représentent 80 millions d’habitants (16 % de la population de l’UE) et 48 régions situées dans sept pays, dont cinq membres de l’UE – Allemagne, Autriche, Italie, Slovénie et France- et deux pays tiers – Suisse et Lichtenstein.

Ce rendez-vous est aussi l’occasion de dresser le bilan de deux années de présidence française, sous la houlette des Régions Provence-Alpes-Côte d’Azur, Auvergne Rhône-Alpes et Bourgogne Franche-Comté, qui ont fait émerger un manifeste « Ensemble, construisons une région alpine durable et résiliente » et 64 projets.

Deux jours d’échanges au plus haut sommet de l’Europe

Des représentants politiques des 7 états et des 48 régions, ainsi que de la Commission Européenne, prendront part à des échanges de haut niveau, aux côtés d’experts, de membres de la société civile, et du nouveau Conseil de la Jeunesse de la SUERA.

Huit ateliers techniques seront organisés par la Présidence française, en lien avec les 9 groupes d’actions de la SUERA, sur les différentes thématiques : potentiels de la spécialisation intelligente ; bois et forêts multifonctionnelles ; tourisme soutenable et quatre saisons ; formation-emploi et marché du travail ; transports et mobilité durable ; jeunesse ; labels territoriaux et appellation de produits de montagne et agropastoraux ; aménagement du territoire.

« Gardons une COP d’avance » : l’ambition de la Région Sud pour un territoire décarboné à l’horizon 2030

Pour faire face aux enjeux essentiels de développement durable et de préservation du territoire alpin, la France a souhaité mettre l’accent sur le changement climatique. La Région Sud, avec son Plan climat, « une COP d’Avance », a déjà beaucoup misé sur la transition écologique avec un objectif ambitieux à atteindre : un territoire décarboné à l’horizon 2030.

Et elle ne compte pas s’arrêter en si bon chemin, puisqu’après 1,3 milliard d’euros dédiés au 1er Plan climat en 3 ans, 40 % du budget de l’institution régionale sera dédié à ce nouvel engagement baptisé « Gardons une COP d’avance », basé autour de 5 axes : Air, Mer, Terre, Énergie, Déchets.

S’appuyant sur sa feuille de route, la Région Sud a pu déployer les objectifs principaux qui lui ont été confiés dans le cadre de sa co-présidence de la SUERA : le développement des mobilités et transports durables d’un côté, la préservation de la biodiversité et la prévention des risques naturels de l’autre.

Un label européen pour la mobilité verte dans les Alpes

La Région Sud avait en charge de nombreuses actions, parmi lesquelles : développer la mobilité et les transports durables. Elle s’est ainsi attelée à promouvoir le report modal vers le ferroviaire et les solutions logistiques alternatives, à faire progresser vers un système multimodal, interopérable et transnational d’information des passagers, à améliorer l’accessibilité des zones alpines isolées, à promouvoir le développement du transport par câble, et à soutenir la conversion énergétique et écologique du transport des passagers et des marchandises.

Les activités menées pendant le mandat ont permis la prise en compte de ces problématiques nouvelles dans la stratégie, en lien avec les priorités en matière d’énergie et d’hydrogène. La diffusion des résultats auprès de l’UE et des partenaires permet de donner à la SUERA une légitimité pour faire entendre sa voix en vue d’identifier la région alpine comme un modèle et un laboratoire avancé des systèmes de mobilité décarbonée et de production d’énergie verte pour la mobilité.

Cette légitimité a pris la forme d’une labellisation SUERA pour de multiples projets, leur conférant une visibilité et des facilités de mise en place au près de l’UE, des autorités de gestion et des partenaires. C’est la première fois qu’une telle labellisation est créée et l’initiative a inspiré d’autres groupes d’action pour faire de même, en vue d’intégrer cette démarche dans l’évaluation des cofinancements des différents programmes de soutien de l’UE.

Pour une meilleure utilisation des ressources

En ce qui concerne la préservation de la biodiversité et la prévention des risques naturels, les objectifs de la Région Sud reposaient sur la promotion des actions pour atténuer l’impact des changements climatiques sur l’environnement. Mais aussi pour anticiper les changements à venir, la prévention des risques naturels pour les populations, ainsi que le développement économique et social dans les Alpes. Tout ceci passe également par la construction de nouveaux outils de gouvernance pour équilibrer les différentes exigences au niveau de l’utilisation des ressources.

Les actions menées pendant ces deux années ont amélioré la visibilité de ces thèmes à l’échelon de la région alpine, grâce notamment à la participation à des événements d’envergure internationale (Congrès de l’UICN ; Journée mondiale de la biodiversité de montagne), contribuant ainsi à la sensibilisation du grand public, des ONG et des décideurs politiques.

Une présidence marquée par la pandémie de Covid-19 et de nouvelles perspectives

Confrontée à la pandémie de Covid-19, la présidence française a été exceptionnellement menée sur 2 ans. En accord avec les partenaires de la SUERA, elle a permis de poursuivre le but qu’elle s’était fixée : accélérer la transition écologique de la région alpine pour lutter contre le changement climatique.

Plus globalement, ses activités se sont traduites par une amélioration de la coordination et de la coopération entre les différents acteurs concernés. L’implication de la jeunesse, le développement du dialogue entre les organisations chargées de gérer les opportunités de financement et les acteurs de la SUERA, l’amélioration des processus, des ressources et de la visibilité de la SUERA ont particulièrement marqué ce mandat.

Chaque année, la gouvernance est confiée à un nouveau pays. En 2022, les régions italiennes du Trentin-Haut Adige et de la Province autonome de Bolzano assumeront la nouvelle Présidence.


Suivez-nous mardi 14 décembre et mercredi 15 décembre en direct sur Twitter pour le Forum annuel de la SUERA et la clôture de la présidence française 2020-2021.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !