À l’occasion de la Semaine européenne de réduction des déchets, Suez a publié son baromètre annuel : « Les Français et la réduction des déchets », en partenariat avec l’institut de sondage Odoxa.

La question des déchets créés par l’humain et leur impact sur la planète semble faire son chemin dans les consciences.

Du moins c’est ce que révèle le baromètre* Suez « Les français et la réduction des déchets », réalisé en partenariat avec l’Institut de sondage Odoxa. En région Sud-Paca, près de 9 habitants sur 10 (87 %) considèrent la réduction des déchets comme une priorité nationale. Ce phénomène a été accentué par la crise sanitaire, qui a provoqué un changement de comportement chez 34 % des résidents.

, La réduction des déchets :  priorité nationale pour 87% des habitants de la région, Made in Marseille
* Enquête réalisée par Internet du 29 octobre au 8 novembre 2021. Échantillon de 12 018 Français (dont 1 006 en région Sud-Paca) représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Une autre tendance se dégage en Provence-Alpes-Côte d’Azur : l’intérêt des habitants pour le réemploi. Ainsi, dans la région, ils sont 65 % à revendre des objets et équipements sur des plateformes dédiées et 63% à faire des dons à des associations ou recycleries, plutôt que de jeter.

, La réduction des déchets :  priorité nationale pour 87% des habitants de la région, Made in Marseille

Les provençaux se distinguent également par une forte adoption des écogestes de réduction des déchets. En effet 1 habitant sur 3 privilégie le circuit-court, 71 % évitent le gaspillage en cuisinant les restes et 63 % d’entre eux consomment régulièrement l’eau du robinet, au lieu d’acheter de l’eau en bouteille. Un chiffre supérieur de 7 points à la moyenne nationale.

, La réduction des déchets :  priorité nationale pour 87% des habitants de la région, Made in Marseille

Ces chiffres semblent témoigner d’un engagement croissant des citoyens du territoire pour réduire leur impact sur l’environnement. Ils considèrent toutefois que la réduction des déchets doit aussi passer par l’action des pouvoirs publics et des commerces.

Dans la région, ils sont 67 % à regretter le manque d’incitation de l’Etat pour diminuer la production de déchets et augmenter le recyclage. 76 % d’entre eux estiment que la prédominance des emballages dans les commerces est le premier frein à une réduction efficace des déchets.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !