Une start-up locale crée un système pour gagner de l’argent grâce à ses déchets !

Une start-up locale crée un système pour gagner de l’argent grâce à ses déchets !

Et si trier ses déchets pouvait faire gagner de l’argent à la fois aux usagers, aux collectivités et aux commerçants locaux ? Concept utopique pour certains et pourtant bel et bien concrétisé par la start-up Terradona qui nous vient de Gardanne. Made in Marseille vous dévoile tout de ce projet innovant bon pour la planète et notre porte-monnaie !

terradona-startup-tri-dechet-gardanne
François Hollande a testé le système de Terradona lors de la MedCop 21, en juin dernier.

Si 87% des Français affirment trier leurs déchets, seulement 44% le font de façon systématique. Notre pays est loin d’être un modèle en termes de tri sélectif : seulement 25% des déchets annuels sont triés, contre 45% en Allemagne ! Pourtant, le simple fait de trier peut permettre à une collectivité d’économiser des sommes importantes pour les attribuer ailleurs. Mais comment faire pour inciter les citoyens désabusés à effectuer ce geste ? Terradona, start-up créée en 2013 à Gardanne, a trouvé la solution à ce problème en créant un système qui récompense les usagers dans leur acte de tri.

Des cadeaux contre des déchets

Le concept de Terradona est simple : lorsqu’un usager met ses déchets dans un container, il gagne des points qu’il pourra par la suite transformer en bons cadeaux ou de réduction.

« Avec ce système, on met en place une reconnaissance de l’acte citoyen pour que les usagers soient au cœur de l’enjeu du tri sélectif et se sentent concernés », explique Jean-Marc Toubiana, président et fondateur de la start-up.

Pour que cela soit possible, Terradona a créé un boîtier universel intelligent et connecté qui se pose sur les containers urbains déjà existants. Avant d’y jeter ses déchets, l’usager n’a qu’à s’identifier à l’aide d’une carte sans contact ou de l’application Cliiink. Il est ainsi reconnu par le container et chaque déchet jeté lui rapporte des points qu’il pourra ensuite transformer en bons cadeaux ou de réduction à dépenser chez les commerçants et magasins partenaires.

Un écosystème où tous les acteurs sont gagnants

Outre les usagers qui gagnent en pouvoir d’achat, les autres acteurs du tri sélectif sont eux aussi gagnants.

« On a créé un écosystème multipartenaire où chacun tire un avantage et un intérêt à cette solution », souligne Jean-Marc Toubiana.

D’un côté, ce système profitera aux magasins et grandes surfaces partenaires qui verront leur trafic augmenter et sera une vraie vitrine pour les commerçants locaux. D’un autre, il permettra aux collectivités de réduire leurs coûts et leurs impacts environnementaux liés au traitement des déchets. Car les déchets non triés sont soit enfouis, soit incinérés, entraînant de ce fait pollution et divers coûts de traitement (transport, enfouissement, incinération). Or, des déchets triés sont vendus afin d’être recyclés, limitant ainsi les coûts subits par les collectivités.

« Pour une collectivité de 600 000 habitants, trier 10 000 tonnes de verre et de papier avec notre système lui permettra d’économiser jusqu’à 1,8 million d’euros sur une année et de réduire de 2 000 tonnes ses émissions de CO2 », met en avant Jean-Marc Toubiana.

startup-terradona-tri-dechet-collectivite

Six mois d’expérimentation avant le grand lancement

Pour l’heure, le système inventé par Terradona va passer six mois en expérimentation grandeur nature. 100 containers de Marseille, Aix-en-Provence et des alentours vont ainsi être dotés de cette technologie, répartis dans cinq quartiers tests choisis par les collectivités : Sormiou, Encagnane (Aix-en-Provence), Châteauneuf-le-Rouge, Septèmes-les-Vallons et Lambesc.

À l’issue de cette période, la start-up gardannaise compte bien proposer son mobilier industriel 2.0 à toutes les collectivités françaises et étrangères, déjà nombreuses à l’avoir sollicitée.

Commentaires Facebook

1 commentaire

LAISSER UNE RÉPONSE