Bientôt un métro ultramoderne avec pilotage automatique à Marseille

Bientôt un métro ultramoderne avec pilotage automatique à Marseille © P. Azzaretti

Fini le métro beige avec ses sièges oranges au style très marqué années 70 ? Le 25 septembre 2015, l’ex communauté urbaine MPM, remplacée depuis par la Métropole Aix Marseille Provence, s’est engagée à remplacer les rames actuelles du métro en rames automatiques dès 2023, comme c’est déjà le cas dans le métro parisien.

Des rames automatiques sans chauffeur pour le métro

Mis en service entre 77 et 84, les rames de métro marseillais ont besoin d’un vrai coup de jeune. D’autant que le matériel était programmé pour une durée de 30 ans. Une partie des rames a été rénovée en 2005 et 2009. Mais, une rénovation globale du métro a été jugée plus pertinente, car aujourd’hui, même si le matériel peut encore rouler, il est de plus en plus couteux et difficile à entretenir.

Les conducteurs actuels seront repositionnés sur des postes tranversaux, comme des postes de surveillants du bon fonctionnement du métro ou de chauffeurs de bus et de tramway.

© Clicsouris
© Clicsouris

Comme dans le métro parisien, les nouvelles rames seront automatiques. Les quais seront protégés par des façades de quai à mi hauteur (1,75 m). Et les rames de métro seront dotées d’air conditionné, d’informations sonores et visuelles pour les voyageurs en temps réel et de la vidéo protection. Les nouvelles rames seront bien évidemment accessibles aux personnes à mobilité réduite, à l’inverse de certaines stations de métro.

metro-automatique-facade-quai-marseille-rtm
Les installations futures comme dans le métro parisien © DR

Côté budget, le coût global se porte à 500 millions € HT (600 millions TTC), soit un effort d’investissement pour la collectivité de 10,55 millions d’euros par an. Ce qui correspond à peu près au budget investi pour renouveler les bus de la RTM chaque année.

Dans le détail : installer des façades de quais pour protéger les voyageurs de la chute sur les rails (86 millions), changer les 38 rames (286 millions), systèmes d’exploitation (73 millions), systèmes de communication (23 millions), autres frais (6 millions), maitrise d’oeuvre (29 millions).

Le marché de maîtrise d’oeuvre a quant à lui été attribué fin 2015 au groupement Parsons (société d’ingénierie américaine) et Assystem (société provençale). Son rôle ? Assister la métropole dans la définition du projet et écrire le cahier des charges qui sera remis aux fabricants du futur métro marseillais. Toute la complexité résidera dans la bascule d’un système de rames avec conducteur à un système entièrement automatique, et tout cela sans interruption du trafic.

« Nous interviendrons aux côtés de Parsons, sur une part importante de ce projet, notamment pour la définition du système de supervision (l’Automatic Train Supervision) et des moyens audio-visuels, la gestion des interfaces et de la configuration, la gestion électronique des documents, et le support au pilotage du projet. » indique Eric Devingt, directeur technique de la division Energy & Infrastructure. « Nous sommes confiants dans la réussite de ce projet qui, de la même manière que celui mené pour la fondation Louis Vuitton, sera une belle vitrine de nos compétences d’ingénieriste au service de la transformation digitale et de l’intégration de systèmes critiques de contrôle et de sécurité dans des infrastructures complexes. »

Retrouvez tous les projets de transports entre 2017 et 2030 ici

Article publié le 25 septembre 2015, mis à jour le 3 janvier 2017

Commentaires Facebook

2 COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE