[Insolite] Des ruches sur le toit des grands hôtels pour la survie des abeilles

Des ruches sur le toit des grands hôtels de Marseille

Terre d’agriculture par nature, Marseille est aussi terre d’apiculture. Car depuis quelques années, des ruches ont élu domicile à certains endroits de la ville. Ou, plus exactement, y ont été installées par le biais de différents professionnels, véritables passionnés et défenseurs du monde des abeilles. Des pratiques qui ont pour but de préserver ces insectes indispensables à nos cultures.

Elles sont là, installées sur les toits de grands hôtels de Marseille comme le Sofitel du Vieux-Port ou l’Ibis de Bonneveine, ou plus ou moins à l’abri des regards, parmi la végétation du Castorama Saint-Loup (10 ème) et de la cité Néréïdes-Bosquet (11 ème). « Elles », ce sont des ruches où fourmillent jusqu’à 60 000 abeilles pendant la belle saison. Ces mêmes ruches qui sont, pour certaines, le sujet d’animations organisées pour les enfants.

ruche-toit-sofitel-marseille
Les ruches sur le toit du Sofitel de Marseille.

« Le but est de sensibiliser les plus jeunes au goût et à la préservation des abeilles », explique Agnès Verdelet, fondatrice de l’association « Une ruche dans mon jardin » qui a installé des ruches dans des zones péri-urbaines de Marseille. De façon ludique, les enfants apprennent à respecter ces insectes, à comprendre leur mode de vie et à apprécier, ou non, le nectar qu’elles produisent. Des particuliers peuvent également s’initier à l’apiculture et se lancer dans l’aventure en installant des ruches dans leur jardin. Ces pratiques sont des plus bénéfiques pour les abeilles, mais aussi, et on le sait peut-être moins, pour notre planète.

Un miel 100% made in Marseille

L’installation des ruches sur le toit du Sofitel de Marseille il y a cinq ans avait fait beaucoup de bruit. La presse et la population locale s’étaient très vite enthousiasmées par cette initiative, toute nouvelle dans la ville à cette époque. Depuis, l’activité de Gérard Jourdan, l’apiculteur à l’origine de ces ruches, s’est bien étendue sur le territoire marseillais. Une quarantaine de ruches sont réparties dans la ville, de Bonneveine au Pharo jusqu’aux Aygalades, Allauch ou encore Plan-de-Cuques. Le miel produit par ses différentes ruches revient, pour une partie, aux propriétaires des lieux où elles sont installées. Et le reste ? « Vous pouvez le retrouver sur les marchés où je le vends sous la marque Miel de Marseille que j’ai créé », explique Gérard Jourdan. Seul le Sofitel récupère toute la production de ses ruches pour les petits déjeuners de ses clients.

Les ruches du Castorama Saint-Loup et de la cité Néréïdes-Bosquet sont, elles, plus récentes puisque installées au cours de l’année 2014. Leurs productions, en moyenne 40 kg par an, sont réservées à quelques privilégiés : les employés du magasin, les résidents de la cité et les enfants qui participent à des animations autour de l’apiculture.

ruche-abeille-marseille-animation
Une animation à la cité Néréïdes-Bosquet

Un nectar plus riche en ville qu’à la campagne

L’information a de quoi surprendre : le miel produit dans la ville de Marseille est plus riche en fleurs et en plantes que celui des campagnes alentours ! Alors même que les ruchers sont sédentaires. « Dans les terres, les parcelles sont généralement monoculture. Les abeilles n’ont souvent qu’une seule variété de fleurs à se mettre sous la dent et sont en plus affaiblies par les pesticides et les insecticides », développe Gérard Jourdan. Résultat : les apiculteurs sont obligés de faire transhumer leurs ruches pour que les insectes puissent butiner différents types de fleurs et de plantes.

En ville, les abeilles bénéficient d’une grande biodiversité grâce aux nombreuses variétés de fleurs des jardins marseillais. « Chaque année, je fais analyser mon miel pour savoir ce qu’il contient. Je ressors avec deux pages de fleurs et de pollen avec parfois la présence de fleurs que je n’aurais jamais soupçonnées pouvoir se trouver là ! », se réjouit l’apiculteur.

Et bien que l’air de la ville soit pollué, notamment par les gaz d’échappement des véhicules, cela n’empêche pas les abeilles de produire plus qu’à la campagne, et surtout un nectar de meilleure qualité sans pesticide ni insecticide.

ruche-abeille-marseille-apiculture-miel

Les abeilles : indispensables à nos cultures

Il serait faux de penser que les abeilles ne contribuent à produire que du miel. Par la pollinisation, le processus qui permet le transport d’un grain de pollen depuis l’organe mâle d’une fleur (l’étamine) jusqu’à l’organe femelle (le pistil), c’est aussi nos fruits et nos légumes qu’elles nous permettent de cultiver. Sans abeilles et sans autres insectes pollinisateurs, nos productions agricoles diminueraient grandement : 80% des fruits et des légumes disparaîtraient.

Le constat est grave puisque l’on assiste à une baisse du nombre de ce type d’insecte, et notamment des abeilles. « Pour ces dernières, la diminution est principalement due à l’utilisation d’insecticides qui les affaiblissent et au fait qu’elles sont chassées par des insectes qui, eux, n’ont pas de prédateurs », regrette Agnès Verdelet. En ligne de mire, le frelon asiatique, présent à Marseille, friand d’abeilles domestiques et capable de réduire à néant une ruche entière.

Les deux apiculteurs souhaitent donc sensibiliser enfants et adultes sur les dangers qu’encourent les abeilles et sur les bonnes pratiques à adopter afin de les préserver. Par exemple, lorsque vous retrouvez un essaim d’abeilles dans votre jardin. « Un essaim qui a quitté la ruche est gorgé de miel. Surtout, ne le détruisez pas ! Pour vous en débarrasser appelez un apiculteur* », alerte Agnès Verdelet. Et puisque les abeilles ne piquent que très rarement, pour se protéger lorsqu’elles sont emprisonnées ou pour défendre la ruche, nul besoin donc de les tuer quand vous les croisez. Ces simples gestes, et bien d’autres encore, permettront de limiter la disparition de ces insectes si indispensables à nos cultures.


Infos pratiques

Plus d’informations sur l’installation de ruches sur le site de Gérard Jourdan : www.apiculteur-marseille.com.

Pour plus de renseignements sur les animations ou sur l’installation de ruches, rendez-vous sur la page Facebook d’Une ruche dans mon jardin ou par téléphone au 06 09 39 96 42.

* SOS Abeilles 13 pour recueillir vos essaims d’abeilles : www.sosabeille13.fr

Commentaires Facebook

3 COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE