Un nouvel hôpital moderne et performant ouvrira à Aix-en-Provence

Vendredi 14 octobre dernier, la première pierre du futur hôpital privé de Provence a été posée sur le site des Bornes, au sud d’Aix-en-Provence. Le futur établissement devrait être ouvert d’ici mars 2019 et sera composé notamment de 25 salles d’opération et de 300 lits. Le tout dans une conception moderne et performante.

Le projet a été confié depuis le départ au groupe AIA Associés qui réalise 45% de son chiffre d’affaires dans le domaine de la santé. Les architectes ont pensé le futur hôpital de sorte à ce qu’il s’intègre entièrement dans le site sur lequel il va être implanté. Ce site est celui dit « des Bornes », situé au sud d’Aix-en-Provence tout en étant dans la continuité de la ville.

De par sa physionomie – une colline et un champ en contrebas séparés par un talus – l’établissement sera construit en hauteur et bénéficiera d’une jolie vue sur la campagne. Autres avantages du site : son exposition plein sud qui amènera de la lumière dans les bâtiments et sa proximité avec l’autoroute A51 permettant de rejoindre Marseille.

plan-aix-situation-geographique-hpp
Localisation du futur hôpital, au sud d’Aix-en-Provence © DR

Un futur établissement innovant et chaleureux

L’hôpital sera construit sur le talus, sur une superficie d’environ 27 000 m². Au même niveau et en contrebas, là où se trouve actuellement le champ, sera construit un parking d’une capacité totale de 630 places. L’établissement sera composé au total de quatre niveaux avec 25 salles d’opération dont deux en spécialité ophtalmologie et endoscopie. Les nouvelles technologies y seront intégrées notamment à travers de robots chirurgicaux mais également d’une « modernité invisible » à savoir une organisation en digital et l’industrialisation du système de soin et de la prise en charge.

300 lits et places seront disponibles pour accueillir les patients, dont 67 en ambulatoire. L’intérieur des chambres et les parties réservées aux patients ont d’ailleurs été imaginés avec un soin particulier. « Dans les chambres notamment, on essaye d’apporter une dimension hôtelière et de s’écarter de la dimension hospitalière afin d’amener de la qualité et de casser avec le côté froid des hôpitaux », explique Guillaume Pakey, l’un des architectes.

En plus de l’hôpital, sera également construite sur le même terrain une maison médicale de 5 000 m² de superficie. Composée de trois bâtiments de trois niveaux reliés les uns aux autres, cet établissement sera complémentaire de l’hôpital puisqu’il sera composé des cabinets de consultation de médecine spécialisée et d’un laboratoire.

vue-ensemble-hopital-prive-provence
Plan aérien du futur hôpital avec la maison médicale et le parking de 630 places © DR

De polyclinique à hôpital privé

Ce futur hôpital privé est né du regroupement des deux polycliniques Rambot que compte la ville d’Aix-en-Provence. D’où sa qualité d’hôpital privé, dont le fonctionnement est le même qu’une polyclinique, et non pas d’hôpital public. Le regroupement des deux établissements aixois ne pouvant se faire dans l’un deux faute de place, la décision a été prise de les délocaliser sur le site des Bornes.

Toutefois depuis 2009, de nombreux recours entre une association de quartier contre la construction de l’hôpital et la direction de la polyclinique Rambot ont retardé la fin du projet qui, initialement, aurait dû être terminé il y a quatre ans. « Les recours sont désormais derrière nous », met en avant le Docteur Jean Lacoste, PDG de l’hôpital privé de Provence. Le dernier encore en cours aujourd’hui n’est pas bloquant et ne pourra donc pas empêcher la construction de l’établissement.

pose-premiere-piere-hpp-aix
Le Docteur Jean Lacoste, PDG de l’hôpital privé de Provence, a posé la première pierre de l’établissement le 14 octobre 2016 © DR

Actuellement, les deux polycliniques aixoises accueillent 55 000 passages par an dont 60% en ambulatoire. L’objectif pour le futur hôpital est de passer à 80% des passages en ambulatoires. Les travaux de l’établissement ont démarré en juin dernier et devraient se terminer en mars 2019 pour une ouverture dans la foulée et une fermeture définitive des deux polycliniques. Le coût du projet global s’élève à 87 millions d’euros TTC financé par un groupement de cinq banques et les fonds propres de la polyclinique.

Commentaires Facebook

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE