Pas d’espace de coworking mais des expositions pour le 1er étage du J1

Le 1er étage du J1 rouvrira provisoirement aux Marseillais cette année

Comme prévu, le 1er étage du J1 sera occupé en cette fin 2017 et pendant l’année 2018. Au programme : des expositions, des opérations de mécénat, des soirées privées… L’idée d’installer des espaces de coworking a toutefois été mise de côté.

Après 2018, le J1 fera l’objet d’un projet de réaménagement définitif, on vous en parle ici

Symbole du passé industriel et portuaire de Marseille et fer de lance de la culture de l’année 2013 où la ville fut désignée capitale européenne, le hangar du J1 était depuis trois ans, laissé à l’abandon… Et, il fait son grand retour dans le paysage médiatique local depuis l’année 2016 avec l’annonce de l’occupation de son premier étage en 2017 et 2018. 

D’après un premier projet validé à l’occasion du Conseil municipal du 27 juin 2016, le MJ1 devait prévoir des expositions, des conférences, des ateliers pédagogiques, un espace de coworking, des espaces à privatiser pour des soirées… Un programme qui a été revu par l’association MJ1 suite à des difficultés à mettre tout cela en place.

Le MJ1 : un trait d’union entre l’avant et l’après J1

Alain Lacroix © Studio Hors-Champs

Interrogé sur l’avancée du MJ1, Alain Lacroix, président de l’association qui en a la charge jusqu’à la fin de l’année 2018 (voir ci-dessous), confie qu’après plusieurs difficultés, le projet est bel et bien en train de partir. « Quand on a constitué l’association au début de l’année 2017, tout était à faire, sur le plan juridique et de la programmation. La première manifestation a eu lieu en septembre avec le Grand Opening des French Tech Weeks et d’autres points forts vont arriver dès cette fin d’année puis en 2018 », explique-t-il.

Par rapport au projet initial, les plans ont donc été revus. Il s’agira d’opération de mécénat grand public, d’expositions ou encore la possibilité pour les entreprises de louer les lieux pour organiser des événements, à l’instar de la soirée French Tech. Les espaces de coworking ne verront ainsi pas le jour dans le cadre du MJ1.

« L’idée, au fond, est de faire un trait d’union pour que ce bâtiment qui est actuellement vide, ne le soit plus pendant la période où on l’occupe et avant l’installation de son projet définitif qui sera, d’après ce que j’ai pu entendre, extraordinaire », souligne Alain Lacroix. Pour le président de l’association MJ1, le hangar du J1 s’inscrit, à termes, dans la continuité d’un front de mer « exceptionnel » que la ville de Marseille a commencé à reconquérir avec le MuCEM, les Voûtes de la Major, les Docks et l’ensemble des bâtiments qui se trouvent entre le MuCEM et la Joliette. « C’est un peu le renouveau de Marseille, là où va se passer la ville », précise-t-il, en indiquant toutefois la nécessité de ne pas « vider le cœur de ville ».

Une association avec les grandes entreprises du territoire pour gérer le MJ1

« Le MJ1 mobilisera les collectivités mais surtout le monde économique autour du jeu collectif qui est plus que jamais aujourd’hui notre marque de fabrique. Le monde économique nous soutient avec un financement de 4 millions d’euros » a expliqué Didier Parakian.

En effet, côté financement, plus de 20 grandes entreprises du territoire participeront au côté de la Ville aux frais de fonctionnement du site, qui sera géré par l’association MJ1, parmi lesquelles on retrouve Eiffage, Bouygues, La Poste, EDF, Onet, la Sodexo, CMA-CGM, Arema, Decaux, BNP, Caisse d’Epargne Provence Alpes Corse, Crédit Agricole, Société Marseillaise de Crédit, Caisse des Dépôts et Consignations, Chambre de Commerce et d’Industrie Marseille-Provence ou encore Onet. Il faudra 6 millions d’euros par an pour faire fonctionner le bâtiment et ces entreprises apporteront 4 millions d’euros sur deux ans. 

panorama-photo-hangar-j1
Le 16 janvier 2017 au J1 © JZ
panorama-amenagement-j1-port-joliette
Le 16 janvier 2017 au J1 © JZ

Selon Jean-Claude Gaudin, maire de Marseille (LR) et président de la Métropole « Cette association sera présidée par le patron de la Caisse dʼEpargne et nouveau président de la Chambre régionale de commerce et dʼindustrie, Alain Lacroix. Elle a vocation à faire vivre ce lieu, à se saisir de projets porteurs et à les accueillir jusque fin 2018 puisque, vous le savez, le Grand Port Maritime de Marseille lancera un appel d’offres pour définir lʼavenir à long terme du J1. Cette association et ses membres vont contribuer ainsi à élaborer un véritable marketing territorial, à l’image de ce que Lille ou Lyon ont pu faire. C’est une avancée formidable, et je m’en félicite. Une stratégie marketing constitue un atout indispensable de rayonnement et d’attractivité face à la concurrence que se livrent les territoires à l’échelle nationale et internationale.« 

Pour Patrick Mennucci (PS), il n’est pas compréhensible que la ville finance la création d’une association MJ1 dans laquelle se retrouvent les grandes entreprises du territoire alors qu’elle a les moyens de s’occuper de ce projet en interne avec ses services et ceux de la métropole. La création de cette association et son bon fonctionnement coutera en effet 1 million d’euros à la ville. « Je ne remets pas en cause l’utilité du projet et de trouver un avenir au J1, mais je demande juste pourquoi le faire de cette façon ?« 

Pour Jean-Claude Gaudin, cette solution est la meilleure car elle permet d’attirer des financements privés, chose qui n’aurait pas été possible si l’association ne voyait pas le jour. « C’est ce qui avait été fait pour la capitale européenne de la culture en 2013 et qui avait très bien marché » a expliqué le maire.

Plus d’infos sur les négociations entre le GPMM et la ville ces dernières mois par ici

hangar-J1-marseille
Le J1 vu de la mer

Le contexte du projet

Le GPMM avait lancé en février 2015, un appel à projets visant à retrouver un occupant au deuxième étage du J1, laissé à l’abandon depuis fin 2013. Le candidat devait proposer un projet permettant une ouverture au public. Verdict ? La ville de Marseille a été choisie pour imaginer un nouvel espace et a fait le choix de se tourner vers la culture, les nouvelles technologies et l’innovation, notamment numérique.

Pour rappel, le J1 est un hangar de 6 000 m² situé sur les quais du port de Marseille, entre le J4 qui accueille aujourd’hui le MuCEM et la place de la Joliette. Pour Marseille capitale européenne de la culture 2013, le hangar avait fait l’objet d’une rénovation et offrait temporairement l’un des plus beaux espaces d’exposition de l’année grâce notamment à une vue imprenable sur les quais, la mer et les îles du Frioul.

plan-projet-mj1-port-culture
Le plan du projet (cliquez pour zoomer)

À lire aussi

Commentaires Facebook

1 commentaire

LAISSER UNE RÉPONSE