Membre du groupe La Méthode depuis 10 ans, le rappeur marseillais K-Méléon a toujours privilégié cette carrière à une aventure en solo. La raison est simple : l’artiste aime partager sa passion, que ce soit avec ses acolytes ou avec le public.

Lors de la semaine de l’art organisée par notre partenaire Humans of Marseille, le rappeur marseillais K-Méléon est l’artiste à avoir récolté le plus de like de la part des internautes. Un peu surpris, avoue-t-il, mais bien sûr ravi du résultat. Derrière ce pseudonyme, ce sont les nombreuses casquettes qu’il a tour à tour portées au travers de ses 15 années de carrière que l’on découvre. Après la danse, qu’il a pratiqué tout petit, il se tourne vers le beatbox puis l’improvisation. Il a d’ailleurs gagné par deux fois, en 2008 et 2014, le concours End Of the Weak Marseille qui a pour but d’augmenter la visibilité d’artistes considérés comme « surdoués ».

« L’important pour moi, c’est d’avoir une famille et de vivre des choses ensemble plutôt que seul », K-Méléon.

Si K-Méléon fait partie des figures emblématiques du rap underground marseillais pour certains, l’artiste préfère, lui, travailler à plusieurs plutôt qu’en solo. Et plus particulièrement avec son groupe, La Méthode, dont il fait partie depuis 10 ans. « L’important pour moi, c’est d’avoir une famille et de vivre des choses ensemble plutôt que seul. J’ai toujours aimé le partage et la transmission et je pense qu’on est plus fort à plusieurs », confie-t-il. Ensemble, ils ont assuré les premières parties de grand nom du milieu du rap international comme Method Man, Chali 2Na ou encore Lady Leshurr.

K-Méléon, K-Méléon, un artiste et rappeur marseillais qui a le sens du partage, Made in Marseille
K-Méléon et son groupe La Méthode

« Ce n’est pas facile de concilier vie professionnelle et carrière musicale, mais quand on aime on ne compte pas », K-Méléon

En dehors de la scène et de la musique, K-Méléon redevient Xavier, un homme qui travaille comme agent d’escale à la SNCF. Un emploi en roulement qui lui laisse assez de temps libre pour sa carrière. Et lorsqu’il faut se déplacer pour des concerts, il pose, comme tout le monde, des jours de congés. « Ce n’est pas toujours facile de concilier les deux, d’autant plus que j’ai d’autres activités encore à côté ! Mais, quand on aime, on ne compte pas », relativise-t-il.

Parmi ses autres activités, K-Méléon fait partie du collectif Block Party sound system avec DJ Djel, de la Fonky Family. Ensemble, ils organisent des soirées pour partager leur passion de la musique. Le partage, encore et toujours, au travers aussi d’un concept, l’Open Jam Concept, qu’il a créé sur le thème de l’improvisation. « Un DJ, un beatmaker, un beatboxer et un musicien sont réunis dans un ring où ils doivent assurer un show d’une minute trente en improvisant. Ça permet de créer un rendez-vous entre plusieurs acteurs du hip/hop mais aussi d’autres univers », explique-t-il.

Son investissement dans la musique est tel que l’on peut facilement dire que K-Méléon est animé par sa passion. Une passion qu’il partagera prochainement de nouveau avec le public au travers d’un projet solo, baptisé « Justice » et d’un album en duo qui devrait sortir à la rentrée prochaine. Sans oublier, bien entendu, les deux gros projets, un best-of et un EP, menés avec son groupe.

Par Agathe Perrier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !