Deux collectionneurs de souvenirs et objets ayant appartenu à Edith Piaf veulent créer un musée à Marseille, au château Pastré, dans lequel l’artiste venait régulièrement séjourner et aurait écrit “La vie en rose”.

Comment ne pas résister à l’envie de chanter les paroles de «L’hymne à l’amour» ou de «Milord» ? Passionnés par Edith Piaf depuis toujours, Jean-Paul Maziller et Anthony Berrot possèdent 185 pièces regroupant souvenirs et objets auparavant chers à la chanteuse française. Des robes de représentation, l’intégralité des partitions originales, l’unique photo de sa fille, la poupée que son père lui avait offerte, des enregistrements inédits, sa voiture… En bref, tous les objets ayant fait partie de la vie d’Edith Piaf sont réunis dans la collection Berrot-Maziller.

Cette collection, principalement léguée par la secrétaire et confidente de la chanteuse à Jean-Paul Maziller, a donné une idée aux deux collectionneurs : retracer la vie d’Edith Piaf en fondant l’organisation « La vie en Piaf, Les Trésors de la collection Berrot-Maziller », et à travers le projet d’un musée situé au château Pastré, à Marseille.

« La vie en rose » est Marseillaise

« Femme brillante, génie engagé, monument de France », les éloges coulent de source de la bouche de Carla Scalisi, responsable de la communication de l’organisation. « Durant un temps, Piaf venait souvent chez son amie qui habitait le château Pastré » raconte-t-elle. « Nous voulons reconstruire la maison d’Edith Piaf ici et créer des “parcours sentimentaux”. »

C’est ici, à Marseille, qu’est née « La vie en Rose », le titre qui lui a valu son succès et qui fait partie des grands classiques de la chanson française. « Cette liaison entre Marseille et ce monument de la France représente beaucoup pour nous », poursuit Carla Scalisi. « Nous sommes certains qu’elle serait fière que ce lieu lui rende hommage. »  

, Des collectionneurs passionnés veulent créer un musée Edith Piaf à Marseille, Made in Marseille

Des fonds pour une femme engagée

Fonder ce musée élogieux à la mémoire d’Edith Piaf, c’est le rêve de la fondation. Les cinq passionnés comptent sur leur plateforme et sur l’aide des institutions locales et européennes. « Edith Piaf n’était pas seulement une chanteuse hors du commun, elle était une ambassadrice de France et engagée dans la Seconde Guerre Mondiale », reprend la responsable. Grâce à son combat, la femme qui se cache derrière la voix pourrait avoir « le droit au déblocage de fonds de la part de l’Union Européenne et de la communauté internationale. »  

Très amis avec les proches et les héritiers d’Edith Piaf, Anthony Berrot et Jean-Paul Maziller ont récemment invité l’un des fils de Marcel Cerdant chez les archivistes, lequel était “ravi et favorable” au projet, selon les intéressés.

, Des collectionneurs passionnés veulent créer un musée Edith Piaf à Marseille, Made in Marseille

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !