Du 21 au 27 juin, l’athlète provençal de 48 ans, Brice Bonneviale tentera l’Enduroman, le triathlon de l’extrême entre Londres et Paris, considéré comme le plus difficile au monde. Engagé pour l’environnement, il réalisera ce défi au bénéfice de Pure Ocean.

Lui aussi veut accomplir l’exploit ! Après les 34 vainqueurs du triathlon Enduroman, Brice Bonneviale relève le défi. Dans quelques jours, il débutera son parcours au Marble Arch à Londres et tentera de rejoindre la capitale française en courant, nageant et roulant. Avec l’aide de son équipe de soutien, l’athlète provençal réalisera sa course au bénéfice de Pure Ocean, une association soutenant des projets qui protège les océans.

Brice Bonneviale est un athlète de 48 ans, né dans la région. Faisant partie d’un club d’athlétisme à Aix, son aventure sportive débute en 2013 en préparant le marathon de Paris. Après 5 marathons, il décide de se défier au triathlon en 2016. Avec un entraînement intensif d’en moyenne 10 heures par semaine, il participe à l’Iron Man de Nice la même année. Ensuite, il conquit le fameux T-shirt noir en haut du Gaustatoppen en 2017, course réputée comme l’une des compétitions les plus difficiles au monde. En 2018, il a enchaîné le Celtman (Ecosse), l’Etape du Tour, Embruman, le marathon de New York et la SainteLyon.

Cette année, il se lance dans le défi Enduroman, une aventure collective avec une équipe support l’accompagnant tout au long du projet. L’Enduroman a été créé en 2001 par le Britannique Edgar Ette qui l’a bouclé en 81 h 05 min. Il se déroule en solitaire avec une équipe d’assistance qui gère notamment la logistique et le ravitaillement y compris lors de la traversée en bateau.

, Enduroman – Un provençal de 48 ans défie le triathlon le plus difficile au monde, Made in Marseille
Schéma du parcours de l’épreuve. © Race for Pure Ocean.

Tout commence à Marble Arch à Londres et se finit à l’Arc de Triomphe à Paris, d’où son surnom « Arch to Arc ». Ce parcours du combattant comporte 3 étapes : 140km de course à pied de Londres à Douvres, suivi d’une traversée à la nage de la Manche d’une distance de 34km de Douvres à Calais et achevé par une course à vélo de 290km de Calais à la capitale française. Pourquoi extrême ? Parce que selon les chiffres de fin 2018, seuls 34 personnes ont réussi à boucler l’épreuve depuis sa création en 2001 !

Le défi environnemental

Pure Ocean soutient des projets de recherche appliqués et innovants afin de préserver la biodiversité marine et restaurer les écosystèmes fragiles car “93% de la biodiversité vient des mers et 9 espèces sur 10 sont encore à découvrir” nous confie David Sussmann, président de Pure Ocean. L’association souhaite également contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique et vise à alerter le public sur la situation des écosystèmes en danger car “on peut tous avoir un impact sur les océans. Cependant, je suis sûr que si chacun s’y met, on peut tous contribuer à sa façon pour les protéger” poursuit le président.

Elle propose ainsi la mise en lumière de solutions pour les protéger par le biais de courses et défis sportifs “car pour sensibiliser le public, il faut quelque chose d’unique et populaire. Aujourd’hui, ce qui intéresse le public, c’est le sport, et notamment les sports extrêmes” nous explique David Sussmann. L’aventure de Brice Bonneviale est le premier d’une série d’événements baptisés « Race for Pure Ocean », les autres étant les courses du Défi de Monte-Cristo et la Solitaire du Figaro.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !