Le photographe et street artiste marseillais Philippe Écharoux projette une série de portraits dans sept villages de haute montagne du Parc national des Écrins. L’objectif : « promouvoir un alpinisme authentique et respectueux ».

Alexandre, guide de haute montagne, Lili, fille et petite-fille de gardiens de refuge ou Joël, ancien garde du Parc national de Écrins… Leurs portraits sont projetés tous les soirs jusqu’au 30 septembre dans les arbres, sur les maisons et les églises de sept villages d’alpinisme des Hautes-Alpes*. Philippe Écharoux a réalisé 15 portraits de ces personnes qui font vivre cet espace protégé, le massif des Écrins, et sa mémoire.

« Je suis revenu à mes sources, dans cette région que j’ai beaucoup explorée », raconte le photographe portraitiste marseillais. Il a fait ses premières armes en mettant en images les sports de montagne. Il s’est ensuite illustré sur toute la planète avec son « street art 2.0 », en projetant ses clichés et ses messages engagés sur les murs comme les arbres. Un art éphémère qui se veut respectueux de l’environnement, en ne laissant pas de traces.

« À part dans les esprits !, nous reprend-il. J’aime surprendre les gens en mettant de l’art là où il ne s’attendent pas à en trouver. Un randonneur qui tombe sur une exposition improvisée dans un site improbable, l’idée me plaît ».

alpinisme, Dans les Écrins, Philippe Écharoux met en lumière les villages historiques de l’alpinisme, Made in Marseille
Projection à La Grave. Crédit photo : Patrick Domeyne

« La beauté fragile du milieu naturel montagnard »

Ici, le message de l’artiste est une déclaration d’amour à la haute montagne, à ceux qui y vivent, la protègent, et l’animent. Il a répondu à l’invitation des élus, professionnels et habitants des hautes vallées des Écrins, regroupés dans le club des villages d’alpinisme.

Ils ont lancé cette dynamique collective à la suite de l’inscription de la discipline au patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’Unesco, en 2019. Leur souhait : « réenchanter leurs villages, promouvoir un alpinisme authentique et respectueux, transmettre la tradition aux nouvelles générations ». Mais aussi « sensibiliser le public à la beauté fragile du milieu naturel montagnard, mieux le préserver tout en continuant à vivre en haut du haut ».

alpinisme, Dans les Écrins, Philippe Écharoux met en lumière les villages historiques de l’alpinisme, Made in Marseille
Projection à Villar-d’Arène. Crédit photo : Patrick Domeyne

Intitulée « Lumière sur les villages d’alpinisme des Écrins », l’exposition lumineuse de Philippe Écharoux est le temps fort de ces initiatives pour l’année 2022. « À l’image des camps de base des grandes expéditions et tout l’imaginaire qui l’accompagne, les villages d’alpinisme sont des lieux de départ historiques des grandes courses d’alpinisme vers des sommets emblématiques », décrivent les organisateurs.

alpinisme, Dans les Écrins, Philippe Écharoux met en lumière les villages historiques de l’alpinisme, Made in Marseille
Philippe Écharoux dans les Écrins. Crédit photo : Patrick Domeyne
*Le club des 7 villages d’alpinisme :

La Grave, Villar-d’Arène, Le Monêtier-les-Bains, Vallouise-Pelvoux, La Chapelle-en-Valgaudemar, Saint-Christophe-en-Oisans et Valjouffrey. alpinisme, Dans les Écrins, Philippe Écharoux met en lumière les villages historiques de l’alpinisme, Made in Marseille

Bouton retour en haut de la page

Restez informé !

Inscrivez-vous et recevez nos newsletters !

Vous pourrez vous désinscrire à tout moment !