Créer sa marque de vêtement, la nouvelle mode des jeunes ?

De plus en plus de jeunes créateurs se lancent dans le business du textile, simple effet de mode ou investissement à long terme ? Made in Marseille a rencontré deux Marseillais – Yoann et Dylan – pour en savoir un peu sur ce phénomène. À priori, Yoann Ramonigno et Dylan Mondoloni n’ont rien en commun mis à part leur jeunesse. L’un est étudiant en management du sport, l’autre est graphiste en auto-entreprenariat. Et pourtant, ils illustrent parfaitement la tendance de ces dernières années : les jeunes innovent, ils sont ambitieux et n’ont plus peur de créer leur propre ligne de vêtement.

dylan-marque-pret-a-porter-marseille
La marque Dylan avec Mickael Illes et Luka Karabatic du PAUC (Aix Handball)

Pourtant créer sa marque de vêtement, pourrait en effrayer plus d’un. Au delà d’un talent artistique évidemment nécessaire, il faut connaître le monde de l’entreprise, savoir choisir ses fournisseurs, et surtout pouvoir vendre ses produits… « Cela faisait un certain temps qu’avec un ami on avait pour projet de se lancer dans cette aventure. On a finalement arrêter de réfléchir et on s’est lancé, quelque part on avait rien à perdre. » Et si comme le dit Yoann, c’était ça le secret ? La fougue de la jeunesse ? 

tee-shirt-paradoxe-marque-marseille
La marque Paradoxe de Yoann

Dylan lui, en est convaincu « Les jeunes sont l’avenir de la création. Pour exercer ce métier il faut être plein d’idées, avoir énormément de créativité… Certes, on manque parfois d’expérience. Mais peut-être que les personnes plus expérimentées sont parfois trop conventionnelles et l’œil nouveau qu’on peut apporter, peut donner de nouvelles idées… »

Cependant l’enthousiasme ne fait pas tout. Pour pouvoir vendre, il faut aussi être très bon en communication. Et, le développement des réseaux sociaux ces dernières années est une clé de la réussite de ces jeunes. Il est aujourd’hui plus facile de faire connaitre et exporter sa marque un peu partout en France grâce à son ordinateur en créant une page Facebook. Pour Yoann et son associé qui ont lancé la page « Paradoxe », il y a quelques mois « Les réseaux sociaux facilitent grandement la communication. Si on avait créé notre marque il y a 30 ans, peut-être que justement on ne l’aurait pas fait. Grâce à tout ça on peut avoir une exposition rapide et pas forcément payante. »

Pour Dylan, internet et la technologie en général ne facilitent pas que la communication, mais aussi toute la partie business et développement : « Si on cherche un fournisseur, on peut obtenir rapidement des devis, on peut facilement voir des aperçus des tee-shirts pour voir comment sera le rendu, choses qui étaient impossible avant. » Et, cela limite aussi l’incertitude qu’un jeune créateur aurait pu avoir par le passé. 

L’avantage qu’on aussi ces jeunes créateurs est qu’ils se lancent, tout en gardant à côté la sécurité d’un emploi parallèle. Au départ, créerune marque ne prend pas forcément un temps plein, et la jeunesse et l’ambition leur permettent de mettre les bouchées doubles. Car, si malheureusement leurs projets venaient à ne pas marcher, ils auront le mérite d’avoir tenté l’expérience. En revanche, si cela fonctionne, et c’est tout le mal qu’on leur souhaite, ils pourront vivre de leur passion !

Un article proposé et signé Yoan Hovsepian


Page Facebook de Yoann avec Paradoxe 

Page Facebook de Dylan 

Commentaires Facebook

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE