Le chantier du tunnel Schloesing va démarrer et ouvrir la voie au tramway

Le projet de réaménagement des passerelles à l'intersection Schloesing - Rabatau
Le projet d’extension de la ligne T3 du tramway dit « Nord – Sud » entre Arenc et Sainte-Marguerite, à Marseille est relancé. Après des années de gestation, la situation semble se débloquer. Les travaux du futur tunnel Schloesing en remplacement des passerelles hideuses du boulevard Rabatau, devraient débuter fin 2018 pour une mise en service en 2022 et permettre au futur tram de se frayer enfin un chemin…

En effet, la réalisation du nouveau tramway vers les quartiers Sud est conditionnée à la destruction des passerelles de la place Ferrié et la création d’une nouvelle bretelle souterraine sous le boulevard Schoeling permettant de désengorger le trafic et de libérer des voies pour la circulation du tram vers Dromel puis l’avenue de la Gaye (9e), siège du futur pôle d’échange Sainte-Marguerite. Un trajet controversé et accusé « de doublon » par beaucoup de Marseillais, car il est relativement similaire à celui de ligne 2 du métro qui raccorde la Joliette – Arenc à la station Dromel en passant par Castellane.

Les images du futur tramway entre Castellane et Dromel

Début du chantier fin 2018 et livraison en 2022

Le projet de bretelle souterraine Schloesing est porté par la Société Marseillaise du Tunnel Prado Carénage – SMTPC (co-entreprise d’Eiffage et de Vinci, concessionnaire de la métropole). Le chantier devrait démarrer fin 2018 et sera réalisé en plusieurs tranches. Fin 2019, les deux passerelles devraient être définitivement retirées du paysage urbain, qu’elles occupaient depuis 1969. Et, la fin des travaux est prévue pour 2022. Date à laquelle le chantier du tramway va pouvoir s’accélérer.

Le calendrier initial de la livraison du tramway entre Castellane et Sainte-Marguerite a pris beaucoup de retard. Les travaux qui doivent durer 3 ans, devaient initialement démarrer à l’été 2017 pour une mise en service en 2020.

Le plan du futur tunnel Schloesing en vert

Un tunnel sous le Parc du 26e Centenaire

Le projet prévoit la création d’un nouveau tunnel qui part du Bd Schloesing, en passant sous la Place Ferrié, et l’avenue Cantini à l’intérieur du parc du 26ème centenaire, avant de se raccorder au tunnel Prado Sud sous le parc (495 m de long). Cette liaison souterraine, d’un gabarit de 3,20m, sera réservée aux véhicules légers (poids‐lourds interdits). Son accès sera gratuit.

Les véhicules qui emprunteront la nouvelle liaison souterraine dans le sens Schlœsing vers Scott, auront trois possibilités en sortie d’ouvrage :

  • Rejoindre l’autoroute A50 par la pénétrante du chemin de l’Argile (en sortie du tunnel Prado Sud)
  • Rejoindre le chemin de l’Argile et le quartier de Menpenti
  • Poursuivre vers le tunnel Prado Carénage, les tunnels Vieux‐Port et Major, et l’autoroute A55 au‐delà (nord de la ville).

En arrivant de l’A50 ou du tunnel Prado Carénage, ou de Menpenti et ses quartiers environnants, l’usager pourra s’engager dans le tunnel Prado Sud et bifurquer vers la liaison Schlœsing pour déboucher sur le boulevard du même nom. Cette liaison facilite l’accès aux quartiers sud et sud‐est de Marseille.

Un montage administratif et juridique compliqué qui a retardé le projet

Le chantier d’une durée de trois ans représente un investissement pour la SMTPC de 47,20 millions d’euros. La validation du projet est longue à se mettre en place car elle résulte d’une situation administrative fort complexe… En effet, en 2016, le Préfet avait retoqué l’allongement de 11 ans de la concession de la métropole à la SMTPC en contrepartie de la prise en charge des travaux. En 2018, la situation a finalement changé. Le Préfet a accordé un allongement de la concession de 7 ans et 11 mois, à condition que la SMPTC paye 49 millions d’euros pour récupérer une portion du tunnel Prado Sud de 360 mètres.

Un projet bénéfique pour l’environnement selon la SMTPC

Sur la note de synthèse de l’étude environnementale du projet, on peut lire « L’aménagement de la bretelle Schloesing apporte de nombreux avantages sur la situation actuelle :

• la diminution du trafic sur la place Ferrié qui autorise la suppression des passerelles : ce qui permet d’envisager le passage du tramway et la requalification urbaine de cette place dans de bonnes conditions de gestion du trafic, c’est‐à‐dire sans saturation chronique du réseau aux heures de pointe, et en offrant la qualité urbaine recherchée pour une entrée de ville.

• la diminution du trafic sur Rabatau Nord, ce qui vient conforter les démarches entreprises d’apaisement du Jarret.

• la diminution du trafic sur le chemin de l’Argile : ce qui permet de réduire la capacité de cet axe en accord avec l’ambiance résidentielle recherchée (immeubles de logements face au parc du 26ème centenaire), et permet de limiter les phénomènes de congestion chronique de la zone de péage des tunnels.

• la limitation des nuisances acoustiques, qui restent comparables à celles de 2017.

• la diminution de la pollution atmosphérique dans la bande d’étude. Toutefois, cet impact positif est masqué par la pollution de fond, qui est jusqu’à 100 fois supérieur aux concentrations modélisées imputables aux émissions de la bande d’étude.« 

Commentaires Facebook

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE