De Cousteau à la Comex : le SAGA, un sous-marin made in Marseille

Le SAGA, sous-marin civil créé en 1966 à Marseille par le commandant Cousteau a battu tous les records de profondeur. Il est aujourd’hui au repos dans un hangar de l’Estaque, où des visites sont possibles. Découvrez cette merveille de technologie en vidéo.

Comme sur un trésor, Les Compagnons du SAGA (association) veillent sur le mythique sous-marin conçu par le commandant Cousteau à Marseille dans les années 1960. À l’abri des regards, dans un hangar du port de l’Estaque, ce monstre jaune des fonds marins de 28 mètres de long est aujourd’hui au repos. Mis en valeur et entretenu par « ses compagnons« , des passionnés de sous-marine (dont certains ont participé au projet), des visites de ce monument insolite sont possibles.

« L’histoire du SAGA est celle de la technologie sous-marine »

Michel Bourhis est le président de l’association les Compagnons du SAGA. Comme tous les autres membres qui chouchoutent l’engin au quotidien, il est un passionné de l’histoire de l’exploration sous-marine. Pour lui, pas de doutes : « l‘histoire du SAGA est celle de la technologie sous-marine. Par ses innovations technologiques au niveau de l’énergie embarquée, de la propulsion et de la motorisation, il a permis de développer un nouveau concept de sous-marin à grande autonomie qui peut rester 21 jours sous l’eau ! ».

sous-marin cousteau SAGA
Le poste de pilotage du SAGA

Il en tire d’ailleurs son patronyme : Sous-marin d’Assistance à Grande Autonomie (SAGA). C’est le plus grand sous-marin civil du monde avec 27 mètres de long. Il pouvait descendre à 600 mètres de profondeur, et permettait des sorties plongeurs à jusqu’à 400 mètres sous la surface (la plus profonde fût réalisée à 317 mètres).

Le projet fou du commandant Cousteau

Il fallait un fou des mers pour lancer un tel projet. Jean-Yves Cousteau a initié en 1966 la conception de cette « maison sous la mer autonome et propulsée » selon les termes de Michel Bourhis. Le célèbre commandant au bonnet rouge l’appelle alors « Argyronète » en référence à cette araignée sous-marine qui forme une bulle d’air pour respirer.

scaphandre cousteau saga sous-marin
Les scaphandres d’époque sont encore à l’intérieur du sous-marin

Un projet difficile à faire aboutir technologiquement et économiquement malgré le concours de l’Institut Français du Pétrole et Office français de recherches sous-marines. Il est abandonné en 1970 alors qu’un certain nombre d’équipements dont la coque, les moteurs diesel, les équipements hydrauliques, la sphère largable, les régleurs en acier sont achevés.

Ils seront récupérés par la Comex qui reprend le projet en 1981 en le renommant SAGA. Mis à l’eau en 1987, le plus grand sous-marin « crache-plongeurs » a réalisé plusieurs plongées en saturation, dont une à 317 mètres. Mais également une plongée d’observation à 667 mètres avant qu’en 1990 lʼIfremer, partenaire de la Comex arrête sa participation au projet.

Visites organisées par les Compagnons du SAGA

Il est depuis au repos dans le hangar de l’Estaque qui l’a vu naître, et Les Compagnons du Saga organisent des visites.

Les compagnons du SAGA veillent sur le sous-marin

Commentaires Facebook

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE