Le skipper marseillais Christopher Pratt raconte comment il a survécu à son chavirage au milieu de l’atlantique

Le 8 novembre 2017, le skipper marseillais Christopher Pratt frôle la mort au large des Açores durant la Transat Jacques-Vabre. Son voilier s’est retourné par l’avant alors qu’il était sur le pont. Il nous raconte comment il s’est retrouvé coincé sous l’eau pour finalement s’en sortir.

Nous sommes au troisième jour de course sur la Transat Jacques-Vabre. Christopher Pratt est l’équipier de Éric Defert sur le multicoque Drekan Groupe. Le soir tombe sur une mer agitée et le skipper marseillais est à la barre alors que son équipier est en cabine. La suite, il vous la raconte.

Ce qui me gène le plus, c’est d’avoir mis la vie des personnes qui sont venues nous secourir en danger.

Les deux marins ont passé la nuit à l’intérieur du navire retourné avant d’être secourus par l’équipage d’un navire de commerce qui naviguait dans les parages. Des marins de profession mais non-équipés pour un tel sauvetage. Ils ont été récupérés par un petit canot secoué par les vagues. « C’est ce qui me dérange le plus avec le recul. Eux, ils naviguent pour subvenir à leurs besoins et sont mal payés. On à l’air de s’amuser avec notre course à côté. Et ils ont pris de très gros risques pour venir nous récupérer. » 

Quoi qu’il en soit, tout s’est bien terminé pour tout le monde.

transat jacques-vabre
Christopher Pratt et Éric Defert à bord du navire marchand qui les a secouru.

 

 

Commentaires Facebook

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE