Un record de fréquentation pour l’aéroport Marseille Provence en 2017

Un record de fréquentation pour l’aéroport Marseille Provence en 2017
Le 11 janvier 2018, les dirigeants de l’aéroport Marseille Provence dressaient le bilan de l’année 2017 et dévoilaient les projets pour 2018. A retenir : la fréquentation a dépassé les 9 millions d’usagers, ce qui constitue un record.

En 2017, le trafic du Terminal 1 (anciennement halls 1 à 4) a progressé de 4,1% en 2017 quand celui du Terminal 2 (anciennement mp²) a connu une forte augmentation de 12,8% pour atteindre 2 400 948 passagers. Le trafic domestique a progressé de 2,4% entre 2016 et 2017, pour atteindre 3 560 634 passagers.

Soit au total : 9 002 086 passagers, permettant d’enregistrer une croissance de trafic passagers de 6,2% sur l’année 2017 soit 526 277 passagers supplémentaires.

Découvrez les images de la modernisation de l’aéroport

Le Top des destinations 2017 au départ de Marseille : Paris, Londres, Amsterdam et Alger en tête !

top-10-destination-france-depart-marseille top-destination-vol-internationaux-aeroportmeillleure-destination-vol-compagnie-aeroport

21 nouvelles lignes « moyen » et « long courrier » en 2018

Pour la saison été qui débutera fin mars 2018, 21 nouvelles lignes régulières ont d’ores et déjà été annoncées en comparaison de la saison estivale 2017, comme les Antilles avec des vols directs vers la Guadeloupe et La Martinique.

Avec l’annonce d’une nouvelle base à partir d’avril 2018, Volotea a dévoilé 9 nouvelles destinations pour la saison été : Biarritz, Caen, Corfou, Mykonos, Santorin, Héraklion, Minorque, Palma et Funchal. Celles-ci viennent s’ajouter aux 10 destinations déjà opérées par la compagnie ibérique.

Une nouvelle signalétique pour rendre l’aéroport plus fluide aux usagers

Le fret : un levier de développement privilégié

L’aéroport Marseille Provence ne fait pas que dans le transport de passagers, c’est également un carrefour de transports important pour les échanges de marchandises. Il joue ainsi un rôle capital dans le développement de l’économie régionale.

Le fret traditionnel a été particulièrement dynamique en 2017, avec une croissance de 9,4% pour plus de 6100 tonnes traitées. Il bénéficie notamment de l’arrivée des compagnies Air Canada et Air Austral et du transport par Air Algérie de 2 080 tonnes de marchandises.

L’aéroport a battu son record avec 56 132 tonnes de fret traitées en 2017, et se maintient à la première place des aéroports français et de Méditerranée occidentale pour l’activité fret express.

Marseille n°1 du transport aérien de marchandises

Quelques questions en marge de la conférence de presse

Bientôt un vol direct vers New-York ? « Une chose est sure, nous avons la capacité de faire vivre une ligne directe entre Marseille et New York, il reste aujourd’hui à trouver une compagnie qui veuille le faire. D’ici deux à trois ans, je suis confiant… » nous confie Julien Boulay, directeur marketing et communication de l’aéroport.

Et la Chine en vol direct ? « La Chine est clairement une priorité pour nous, de même que New York. Nous sommes en discussion avec les tours opérateurs chinois, mais c’est un sujet où la concurrence est forte entre les aéroports. » explique Philippe Bernand, nouveau président du directoire de l’aéroport.

Une liaison directe entre le centre de Marseille et l’aéroport, pour bientôt ?

« Il faudrait que ce sujet soit pris en main par la métropole Aix Marseille Provence et c’est un sujet que je vais évoquer avec les élus, car cela dépasse les capacités de l’aéroport. Nous allons plaider la bonne parole, bien sur. » précise Philippe Bernand.

« La gare Vitrolles – Aéroport sera reliée aux terminaux de l’aéroport par une navette avec une voie dédiée. Nous avons aussi des discussions pour desservir un nouveau point avec les navettes, en dehors de la gare routière Saint-Charles, nous pensons par exemple à la Joliette« . explique Julien Boulay.

La question de la privatisation de l’aéroport ?

« C’est une question justifiée puisque la loi de 2005 qui a créé les sociétés aéroportuaires a prévu la possibilité d’une cession par l’Etat d’une partie de son capital. A l’heure actuelle, le gouvernement n’a fixé aucun calendrier, donc nous ne pouvons que confirmer qu’il n’y a pas de réflexion sur ce sujet aujourd’hui. Depuis la loi Macron 2, l’ouverture du capital des sociétés d’aéroport nécessite une loi particulière, donc c’est un élément complémentaire dans le parcours… Dont le premier pas n’a pas été fait. » précise Philippe Bernand.

Commentaires Facebook

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE