Rencontre avec Rosa Dei Venti, un groupe à la croisée des musiques

Fondé en février 2017, le groupe Rosa Dei Venti se caractérise par son mélange entre les rythmes latins et une approche classique de la musique. Made in Marseille a rencontré Joëlle Génisson, l’une des fondatrices du groupe, pour parler de sa passion pour la musique … et pour Marseille.

« Je suis vraiment à 100% marseillaise. J’ai beau avoir voyagé partout dans le monde, jamais je ne partirai d’ici. C’est mon point névralgique à partir duquel tout a commencé ». Les yeux pétillants, Joëlle Génisson s’agite joyeusement avec le bagou légendaire des gens du Sud. La voix teintée du célèbre accent chantant, la guitariste et pianiste de 48 ans voue un amour sans limite à sa ville natale. C’est là qu’elle dit y avoir trouvé son « bonheur musical » en fondant Rosa Dei Venti en février dernier.

Comme beaucoup de musiciens, elle a commencé par une formation classique, passant par les « grandes lignes du métier ». Mais rapidement, elle a envie d’apporter quelque chose de neuf pour s’épanouir. Elle s’oriente d’abord vers le jazz et son côté rythmé, porté sur l’improvisation. Puis, elle découvre la musique latine, lorsqu’un parent d’élève lui fait écouter des morceaux brésiliens. « C’était il y a 10 ans. Une révélation. Un coup de foudre. J’avais trouvé mon élément ».

Le quatret Rosa Dei Venti lors d’un concert à Grésoux-les-Bains (04) le 21 novembre 2017. © Rosa Dei Venti

Joëlle ne tarde pas, grâce à la magie des rencontres hasardeuses, à regrouper d’autres musiciens autour d’elle. Parmi eux, la pianiste et chanteuse italienne Sheila Salvatore, le batteur Julian Biscarro-Balle, que Joëlle découvre sur la scène marseillaise de l’El Ache De Cuba au cours Julien, ainsi que l’artiste internationalement reconnue Aurélie Entringer. « Une musicienne de son niveau et de son répertoire qui s’intéresse à la musique populaire latine, ce n’est vraiment pas courant ! », s’amuse la Marseillaise en riant. « Et pourtant, Aurélie trouve dans Rosa dei Venti un brassage culturel et musical qui l’intrigue et la fascine et qu’elle n’aurait peut-être jamais trouvé à travers sa formation classique ».

Marseille capitale des cultures

Cette ouverture musicale, Joëlle la dédie entièrement à sa ville natale dont elle ne déménagerait pour rien au monde. « Marseille est un carrefour incroyable où tout est naturellement baigné dans une multiculturalité. On est face à la mer, face à l’ouverture, où tout peut partir comme arriver. Cette ville a une âme qu’on ne peut trouver nulle part ailleurs ». Pour la musicienne, la cité phocéenne permet cette mixité entre la musique latine populaire et le répertoire classique, à un moment où les musiciens développent dans leur carrière une soif de s’ouvrir à d’autres influences. « Et puis Marseille est mélomane, avec toutes ses scènes et ses salles de concert. Il y en a pour tous les goûts ! »

Joëlle Guénisson, guitariste et pianiste, lors d’un concert de Rosa Dei Venti © Rosa Dei Venti

Six langues au total sont présentes dans Rosa Dei Venti : le français, l’anglais, l’espagnol, l’italien, le portugais brésilien ainsi que le napolitain. « Nous voulions un large panel de langues et d’univers à travers notre musique », indique Joëlle. Avec son amie Sheila, elle souhaitait créer un groupe qui soit un croisement de routes. « D’où l’idée de la rose des vents : plusieurs directions mais une même unité ».

Le mistral poussera le quartet Rosa Dei Venti le 27 mai et le 4 septembre 2018 à Gréoux-les Bains (04), mais cherche aussi des possibilités de se produire prochainement sur les scènes marseillaises. Il se pourrait qu’on le retrouve au festival « Musiques à Bagatelle », dans le 8ème arrondissement, du 15 au 23 juin prochain. Par ailleurs, un CD est en préparation, avec 8 à 10 chansons prévues. « Il sera peu consacré aux chanteurs, qui sont souvent sur le devant de la scène, mais plutôt aux musiciens qui sont aussi bourrés de talent. Nous voulons surtout que ce CD soit un témoignage de nos rencontres musicales ».

Commentaires Facebook

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE