L’histoire de Gaby Deslys, star mondiale du music hall qui a donné son nom à la Villa Gaby

Chanteuse et artiste de music hall, Gaby Deslys a connu une carrière internationale, enchaînant les représentations dans le monde entier. Née à Marseille, elle a laissé son nom à la somptueuse Villa Gaby, qui domine la Corniche et qui sert aujourd’hui de lieu d’accueil pour des événements médicaux.

Parmi les noms connus des Marseillais, mais dont l’histoire l’est peut-être moins, celui de Gaby Deslys. De son vrai nom Marie Élise Gabrielle Caire, elle est née le 4 novembre 1881 à Marseille, dans une petite rue à proximité de la gare Saint-Charles (1er). À partir de l’âge de 18 ans, elle suit les cours du conservatoire de Marseille où elle obtient un premier prix de solfège et un deuxième prix de chant. En 1900, année de l’exposition universelle de Paris, elle monte à la capitale pour tenter sa chance.

© Bibliothèque nationale des États-Unis

Une ascension rapide

Dès les débuts de sa carrière, Gabrielle Caire opte pour un nom de scène : Gaby Deslys. Au fur et à mesure de ses concerts parisiens, elle gravit les échelons vers la célébrité. En plus de cours de chant et de danse, elle joue aussi dans des pièces de théâtre. D’abord à Paris, où elle se produit notamment à l’Olympia, et même à l’étranger puisque, en 1906, elle se produit à Londres. Le succès dans la capitale britannique est immédiat.

© Bibliothèque nationale des États-Unis

De retour à Paris début 1907, Gaby Deslys a gagné suffisamment d’argent pour s’offrir un hôtel particulier rue Henri-de-Bornier (16e). Elle continue ensuite à se produire sur scène, notamment au Moulin Rouge de Paris.

À la fin de l’année 1909, Gaby Deslys entame une liaison avec Manuel de Bragance, le roi du Portugal. Elle s’installe même au Palacio das Necessidades, la résidence royale des souverains portugais. Une relation qui attire de nombreux commentaires et critiques au roi du fait que Gaby Deslys soit comédienne. Les deux amants finissent par se séparer au cours de l’été 1910, quelques semaines avant la proclamation de la République portugaise et donc de la fin de la monarchie dans le pays.

Célébrité parisienne et même internationale

De retour à Paris, Gaby Deslys connaît le succès grâce à la revue « Le Midi bouge » dans laquelle elle se produit. Suivent alors plusieurs années de tournée pour la vedette qui voyage entre la France, l’Angleterre et les États-Unis, où elle s’impose même comme l’ambassadrice du charme parisien.

En octobre 1917, elle se produit pendant plusieurs mois au Casino de Paris, transformé en salle de cinéma et music-hall. C’est elle qui, pour la première fois, inaugura la célèbre « descente de l’escalier » qui sera par la suite reprise par sa successeuse Mistinguett ou même Line Renaud.

La Villa Gaby, au 299 Corniche Kennedy © Robert Valette

Fatiguée par le rythme de ses représentations, elle décide de retourner à Marseille, sa ville natale, pour se reposer. C’est là qu’elle achète aux enchères, le 14 juillet 1918, la villa Maud au 299 de la Corniche Kennedy (9e). Une somptueuse villa pour laquelle elle débourse 500 000 francs et qui domine la Méditerranée. Elle reste alors à Marseille où elle se produit au théâtre du Chatelet, situé aux allées de Meilhan, partie haute de l’actuelle Canebière.

Gaby Deslsys retourne ensuite à Paris pour le travail. Frappée par la tuberculose, elle s’éteint le 11 février 1920 dans son hôtel particulier de Paris. Après une cérémonie religieuse dans une église parisienne, son corps est transféré et inhumé au cimetière Saint-Pierre de Marseille dans le caveau familial. Quant à sa villa, elle l’a léguée à la ville de Marseille pour en faire un hôpital pour enfants. Devenue propriété de l’Assistance Publique des Hôpitaux de Marseille depuis les années 1950, elle est aujourd’hui gérée par une agence spécialisée dans l’organisation de congrès médicaux.

Vue depuis la Villa Gaby © AP

Commentaires Facebook

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE