Anaïs, l’interprète du titre « Mon cœur, mon amour », en tournée à Marseille

Anaïs sera en concert à l’Espace Julien à Marseille le 9 février 2018, plus de 10 ans après la sortie du single « Mon cœur, mon amour » qui l’a révélé au grand public. C’est d’ailleurs à Marseille que l’artiste avait enregistré son premier album, lors d’un concert au Poste à Galène. Rencontre.

« Mon cœur, mon amour », « mon amour, mon cœur »… On se souvient tous de ce tube d’Anaïs dont le refrain ne nous quittait plus une fois l’avoir écouté. Depuis cette chanson qui l’a révélée au milieu des années 2000, l’auteure compositeur et interprète n’a pas cessé la musique et s’est même essayé au rôle de comédienne.

En septembre dernier, elle a sorti son dernier album baptisé « Divergente », clin d’œil direct à la saga éponyme, et dont « J’ai retrouvé mon mojo » est le premier extrait. Un opus dans lequel elle reste la « même gamine un peu fofolle qu’à ses débuts », tout en étant un peu plus pop, groove et soul.


L’INTERVIEW

Made in Marseille – Bonjour Anaïs. Vous venez de sortir, en septembre dernier, votre cinquième album baptisé « Divergente ». Quelles sont les particularités de cet opus ?

Anaïs – C’est qu’il est divergeant ! Je continue à explorer un peu tous les styles musicaux et chacun des morceaux va vraiment dans tous les sens. J’ai toujours mon style « cinématographique » qui donne l’impression de décrire des petits films qui racontent des moments de vie. Mais je réussis, enfin je l’espère, à aller un peu plus loin dans le côté musical avec des sons plus pop, plus groove, plus soul et plus jazz.

Qu’est-ce qui vous a inspiré, en tant qu’auteure, pour écrire vos textes ?

La vie, tout simplement, et l’envie d’écrire sur des choses dont on ne parle jamais. Dans le titre « Je n’boirai plus jamais », je parle de lendemain difficile, comme dans le premier épisode de la série Veronica Marc où l’héroïne se réveille sans se rappeler de sa soirée de la veille. Dans « Why are you so mean », c’est l’histoire d’un couple un peu abusif où l’un reproche toujours tout un tas de petites choses à l’autre.

Je me suis aussi amusée à faire des duos, notamment un à la Aerosmith avec Nathaniel Fregoso ou encore un autre un peu plus glam rock avec Lisa Rieffel. Certains morceaux sont aussi en anglais car j’ai failli être prof et je trouve que l’anglais sonne mieux pour certains textes.

Depuis votre avant dernier album, vous avez fait le choix de l’autoproduction. Et là, vous avez même fait appel au financement participatif pour produire Divergente…

La production d’un album aujourd’hui est devenue problématique car rares sont les gens qui en achètent encore, le streaming s’étant développé au détriment des petits producteurs et des artistes. Et un album coûte encore très cher à faire, car même si on peut maintenant alterner travail en « home studio » avec des machines et vrai studio, il n’en reste pas moins qu’on n’enregistre pas une batterie dans son « 2 pièces » chez soi, et que les musiciens, techniciens et tous ceux qui travaillent  doivent être payés pour leur travail comme tout le monde. Heureusement, mes fans ont répondu présent !

Parmi les dates de votre tournée, vous serez à Marseille. Qu’est-ce que représente cette date pour vous ? Car on rappelle que votre premier avait été enregistré lors d’un concert au Poste à Galène, une salle de concert du centre-ville…

C’est toujours émotionnel pour moi de revenir à Marseille. Depuis, j’ai joué au Café Julien et à l’Espace Julien (le lieu de son prochain concert à Marseille le vendredi 9 février 2018, ndlr). Je réserve d’ailleurs toujours des surprises aux personnes qui viennent au concert. Par exemple, pendant cette tournée, il y a un intermède qui s’appelle « Pendant ce temps-là à l’Eurovision », et seulement ceux qui viendront au concert le verront.


Informations pratiques

Anaïs en concert
Le vendredi 9 février 2018
À 20h30 à l’Espace Julien
39 cours Julien, 13006 Marseille

Tarifs : 29€ ou guichet du soir à 30€

Commentaires Facebook

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE