Des oursins connectés en mosaïques pour découvrir Marseille

Des oursins connectés en mosaïques pour découvrir Marseille

Après les mosaïques sur le banc de la Corniche, Paola Cervoni de l’association Viv’arthe revient avec un nouveau projet : un sentier d’oursins en mosaïques. Diverses sculptures ont déjà été installées à Marseille pour découvrir les alentours de l’oursin et créer un véritable parcours de découverte au fil des œuvres.

Comme pour ses pans de mosaïques installés sur une partie des bancs de la Corniche Kennedy (8e), Paola Cervoni a réalisé les oursins avec l’aide d’enfants, qui ont été la source de son inspiration. « Une grande partie des enfants qui ont travaillé sur les bancs de la Corniche habitent dans les 15e et 16e arrondissements et regrettaient que leur réalisation soit si loin de chez eux. Je me suis dit que mon prochain projet serait installé près des écoles pour que les enfants puissent y aller à pied », explique l’art thérapeute.

Paola Cervoni a travaillé une fois encore avec des enfants pour réaliser ses oursins.

Elle choisit comme modèle un oursin, pour sa forme parfaite et ronde, adapté à un travail de mandala, le symbole de l’harmonie. Une sculpture qui a en plus l’avantage de ne pas trop prendre de place sur l’espace public où elle a pour vocation de se trouver.

À lire aussi

Un parcours pour découvrir Marseille

Le premier oursin a pris place du côté de Luminy (9e). Puis d’autres sont arrivés : au parc du Palais Longchamp (4e), au pied de la cathédrale de la Major (2e), au parc du Petit Séminaire (14e) ou encore à l’église de l’Estaque (16e). « J’ai proposé des sites environnants les écoles et les lieux de création aux enfants et eux ont ensuite choisi où ils les voulaient. Des petits de l’école Croix-Rouge Village (13e) ont carrément choisi le MuCEM ! Donc je vais me battre pour y arriver », met en avant Paola Cervoni.

Un peu plus d’une demi-douzaine d’oursins sont déjà installés et une dizaine de nouvelles installations sont programmées d’ici le mois de juin 2018. À Marseille et même au-delà puisque la commune de Carry-le-Rouet s’est dotée de deux spécimens et d’autres villes comme Rognac seraient également intéressées.

D’ici juin 2018, une vingtaine d’oursins devraient être installés à Marseille.

Outre leurs côté esthétique, les oursins ont aussi un rôle de « repaire ». Un QR code a été incrusté en leur centre et invite à la curiosité. Ce dernier, une fois scanné avec un téléphone portable, permet aux curieux de savoir qui a réalisé l’œuvre mais aussi ce qu’il y a à découvrir aux alentours. « C’est une façon de mieux connaître la ville et ses différents environnements. D’autant plus que certains coins où se trouvent les oursins sont vus dans l’esprit des gens comme des lieux où il n’y a rien à voir, alors que c’est faux », souligne Paola Cervoni.

Toutes les sculptures étant liées, les curieux pourront ensuite se balader d’un oursin à un autre pour découvrir ces endroits méconnus et ainsi toutes les facettes de Marseille.

Chaque oursin possède un QR code pour savoir qui l’a réalisé et ce qui se trouve aux alentours © AP

La liste des oursins

  • Esplanade de la Major (2e)
  • Parc du Palais Longchamp (4e)
  • Luminy (9e)
  • Colline Saint Joseph (9e)
  • Parc du Vieux Moulin (11e)
  • Parc du Petit Séminaire (14e)
  • Mairie des 15e et 16e arrondissements (15e)
  • Église de l’Estaque (16e)
  • Chemin du Marinier (16e)
  • Port de Carry-le-Rouet
  • Office de tourisme de Carry-le-Rouet

Commentaires Facebook

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE