Avec After the Dream, Philippe Echaroux dénonce les déchets à Los Angeles

Le photographe marseillais Philippe Echaroux revient avec un nouveau projet artistique sans précédent After the Dream dans lequel il s’attaque aux déchets de Los Angeles ! Sa démarche ? Toujours dans le but de marquer les esprits en sensibilisant sur la protection de l’environnement…

© Philippe Echaroux
© Philippe Echaroux
© Philippe Echaroux

L’année précédente, le photographe phocéen nous faisait voyager en Amazonie pour sensibiliser au problème de la déforestation grâce à une série de clichés bluffante. Cette fois, il vise les étoiles en s’affichant au sommet d’Hollywood, avec un projet nommé After the Dream, où il place les déchets au coeur de sa démarche. Les déchets : une problématique récurrente à Marseille, qui n’a sans doute pas laissé l’artiste indifférent.

Pas de vision propre (c’est le cas de le dire !) à Marseille dans cette oeuvre selon lui… Il nous confie l’origine de son engagement « La démarche est globale. Le problème des déchets est hélas partout. Ici (Ndlr : à Marseille) on a l’impression que c’est la catastrophe, mais si on regarde avec une vision globale, il y a des continents de déchets plus grands que la France. Avec ce projet, j’ai donc voulu cette fois faire de l’art utile et citoyen. Et, maintenant c’est à vous de prendre le relai ! »

After the Dream, qu’est ce que c’est ?

After the Dream, c’est le nom du nouveau projet artistique dans lequel le photographe a regroupé plusieurs tas d’ordures dénichées lors de ses balades en ville. Et comme à son habitude, Philippe Echaroux a ensuite projeté les portraits de plusieurs habitants de Los Angeles, qui se réverbèrent en surface des déchets amassés. Son objectif ? Faire prendre conscience aux habitants et aux voyageurs de l’impact de cette négligence planétaire.

L’artiste a aussi créé une plateforme web After the Dream, où toutes celles et ceux qui se sentent concernés par les problématiques environnementales peuvent explorer leur côté artistique. Il invite d’ailleurs les enseignants, les parents et tous les autres à jouer le jeu. En effet, il leur est possible de récolter des ordures et d’en faire des œuvres d’art à leur guise. Elles pourront par la suite être partagées sur la page.

Nos reportages sur l’artiste Philippe Echaroux

Commentaires Facebook

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE