Le Préfet, avec l’accord de Nicolas Hulot, renforce la surveillance d’Alteo à Gardanne

Dans les coulisses du dossier des Boues Rouges

Afin de surveiller au mieux les dispositions mises en place par l’usine Alteo dans l’affaire dite des « Boues Rouges », concernant les rejets polluants issus de l’usine installée à Gardanne, le Préfet et le Gouvernement ont décidé de renforcer les contrôles, en créant deux nouvelles 2 sous-commissions dédiées à chaque site : surveillance des rejets en mer et de la décharge de Mange-Garri.

Depuis plusieurs mois, des réunions de suivi sont organisées afin de vérifier qu’Alteo met bien en place une stratégie de recherche de solutions « environnementales » alternatives aux rejets polluants. Le gouvernement lui a laissé un délai supplémentaire d’exploitation de l’usine, à condition bien sûr, que l’usine cherche à ne plus polluer, le plus rapidement possible.

C’est donc à la suite de la tenue de la 5e commission de suivi de site (CSS) d’Alteo du 6 juillet 2017 et afin de répondre aux attentes de certaines associations qui militent contre les rejets toxiques, que le Préfet des Bouches-du-Rhône a souhaité faire évoluer le dispositif de suivi de l’exploitation des installations de l’usine Alteo.

Pour cela, il créé, en plus des réunions de suivi existantes, 2 sous-commissions dédiées à chaque site : surveillance des rejets en mer pour l’une, Mange-Garri pour l’autre, permettant ainsi d’approfondir l’ensemble des questions.

Décharge de Mange-Garri à Bouc-Bel-Air où les boues rouges sont stockées avant leur rejet en Méditerranée l’usine Alteo. / AFP/Archives 21 septembre 2016

Le Préfet a demandé, avec l’accord de Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, qu’un garant délégué à la Commission Nationale du Débat Public assiste à partir de maintenant aux réunions de la CSS afin de répondre aux inquiétudes des associations sur son fonctionnement. Seront présents à chacune des réunions : des représentants de l’État, des élus et personnels des collectivités territoriales, les associations de riverains des installations classées et les associations environnementales, l’exploitant des installations classées, les représentants des salariés des installations classées. La CSS associe également de manière permanente des experts en qualité de personne susceptible d’éclairer les débats.

Quel est le rôle de la commission de suivi de site (CSS) ? Informer et contrôler…

Cette commission qui réunit à la fois les élus, l’Etat, les riverains et les associations de protection de l’environnement, assure un suivi des conditions d’exploitation des installations d’Alteo et permet de débattre des perspectives d’avenir à la lumière des mesures prises par l’exploitant pour le suivi de la qualité de ses rejets aqueux et de leurs canalisations, et pour ses rejets solides sur le site de Mange-Garri.

L’usine Alteo est dans l’obligation de rendre compte de son fonctionnement, des résultats des différentes analyses réalisées et des travaux engagés et de répondre aux différentes questions. La DREAL (Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement) présente notamment les résultats des contrôles inopinés qu’elle réalise dans le cadre de la surveillance des rejets en mer et prochainement sur le site de Mange-Garri.

La durée moyenne des réunions de la CSS est de plus de 3h afin de laisser le temps aux échanges nourris, aux nombreuses interventions et questions. Le système de sonorisation ne permet pas de « couper le micro » de l’un des intervenants contrairement aux protestations du président de l’UCL, Henry Augier, qui n’étant pas membre de la CSS au titre de son association, ne participe donc pas aux différentes réunions. Il est d’ailleurs régulièrement rappelé aux différents intervenants de veiller à s’exprimer dans le micro afin que leurs propos soient enregistrés pour l’exhaustivité du compte rendu.

 

Commentaires Facebook

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE