Pain et Partage – Une boulangerie solidaire dans les quartiers Nord de Marseille

Pain et Partage – La boulangerie solidaire des quartiers Nord

Martine Vassal, présidente (LR) du Conseil départemental des Bouches du Rhône a visité mercredi 12 avril l’atelier de production de la coopérative « Pain et Partage » à l’Urban Park (15e). Sa particularité ? Confectionner du pain bio, local et solidaire puisque l’association emploie une majorité de bénéficiaires du RSA.

bandeau-696x80-madeinmarseille

L’idée de « Pain et Partage » est né il y a 25 ans par la volonté de bénévoles qui ont ouvert cinq boulangeries solidaires en Roumanie. Le projet de l’association a par la suite évolué et s’est recentré sur le territoire marseillais en ouvrant une boulangerie produisant du pain au profit d’associations caritatives. En 2005, l’association a bénéficié d’un conventionnement « Atelier et chantier d’insertion » avec l’État, le Conseil départemental et le Conseil régional.

Depuis 2013, de nombreuses mutations ont eu lieu entraînant la restructuration du modèle et la création d’une société coopérative d’intérêt collectif (SCIC), Bous’Sol. D’autres associations « Pain et Partage » ont ainsi vu le jour sur d’autres territoires comme à Montpellier ou à Lyon et une deuxième boulangerie a ouvert à Marseille.

visite-martine-vassal-pain-partage
Martine Vassal lors de sa visite à la coopérative Pain et Partage © LL

Un projet d’utilité sociale

Aujourd’hui, l’association fait face à un double enjeu : il s’agit à la fois d’accueillir et d’accompagner des salariés dans le cadre de parcours d’insertion mais aussi et surtout, de satisfaire un panel très large de clients : associations, établissements médico-sociaux, écoles, entreprises…

Pain bio, local et solidaire, circuit court… Samuel Mougin, co-gérant de « Pain et Partage », détaille les avantages de cette association. « Notre démarche est avant tout d’utilité sociale à travers notre entreprise d’insertion qui permet à des personnes en difficulté (bénéficiaires du RSA, chômeurs longue durée, jeunes sans diplôme, etc) de retrouver le chemin de l’emploi. La solidarité se joue aussi au niveau du territoire en coopérant avec les acteurs locaux, ce qui favorise les circuits courts et la traçabilité des ingrédients ainsi que la répartition équitable de la valeur ajoutée ».

Mais au-delà de l’aspect purement solidaire, le modèle de l’association est viable économiquement et propose des produits de qualité, bien loin des pains industriels. Ici, il n’y a pas d’ajout : ni additif ni améliorant, aucune chimie intégrée dans le processus.

martine-vassal-pain-partage
Martine Vassal a mis la main à la pâte © LL

Une entreprise ancrée sur le territoire

Martine Vassal a tenu a salué cette « belle initiative » sur un territoire qui en a cruellement besoin. « Le Conseil départemental est une institution qui cherche avant tout à aller vers plus de solidarité, de création d’emploi par le biais de l’insertion », a t-elle précisé. « Cette entreprise travaille avec de nombreux acteurs du territoire et concilie à la fois les professionnels et les bénéficiaire de RSA qui peuvent ainsi apprendre un métier. Il est important de faire travailler le local ». Elle a ensuite tenu à préciser qu’elle comptait intégrer « Pain et Partage » à l’opération « Manger autrement au collège ».

Sur le territoire, l’entreprise possède 36 salariés, dont 24 postes en parcours d’insertion (70% d’entre eux sont bénéficiaires du RSA). Près de 60 clients leur font déjà confiance, ce qui équivaut à près de 30 000 consommateurs, et leur chiffre d’affaires est de 700 000€ pour 90% d’achats locaux. Des chiffres déjà importants et qui devraient continuer à augmenter compte tenu de la réussite du projet.

À lire aussi

Commentaires Facebook

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE