L’IPC mise sur une technologie nouvelle et unique en France pour guérir le cancer

Marseille et son Institut Paoli Calmettes font un pas de plus vers la guérison du cancer avec l’achat d’un appareil dernier cri qui couple accélérateur de particule et IRM, pour le traitement des tumeurs par radiothérapie, et dont les effets positifs sont très attendus. Il n’existe aujourd’hui que 4 appareils de ce type dans le monde : 3 aux USA et 1 à Amsterdam.

L’Institut Paoli Calmettes, connu sous le nom d’IPC, est le centre de traitement des cancers le plus plébiscité dans le sud de la France. Il ne cesse depuis des années de s’améliorer grâce à des technologies toujours plus avancées et fait aujourd’hui un grand pas en avant avec l’acquisition de cet appareil, une première en France.

Avec ce nouvel appareil conçu pour « optimiser le traitement, en dirigeant le rayon seulement sur les cellules malades et en évitant de toucher les cellules saines » comme nous l’explique le docteur Frédéric Collart, va permettre de rendre les traitements plus efficaces, mais surtout en évitant de porter atteinte aux zones non affectées par la maladie. Une vraie prouesse technique. Frédéric Collard est chef de service à la Timone et récemment élu à la métropole Aix Marseille Provence en charge des questions de Santé et de Recherche.

Pour aider l’acquisition de cet appareil qui coute 8,5 millions d’euros, la métropole Aix Marseille Provence a décidé d’accorder à l’Institut Paoli Calmettes un soutien financier d’un million d’euros.

Comment fonctionne cet appareil ?

Cet appareil sera utilisé pour combattre les tumeurs. Il va permettre de mieux visualiser les organes à traiter et donc de gagner en précision pour n’irradier que la cible, sans atteindre les tissus sains. Il prévoit aussi de stopper l’irradiation lorsque le patient bouge, ce qui limite considérablement le risque de toucher les zones saines ou fragiles.

Enfin, avec cette nouvelle technologique, l’IPC va pouvoir développer la radiothérapie adaptative, c’est à dire, les médecins seront désormais capables de faire évoluer à chaque séance le traitement du patient en fonction des modifications survenues pendant ou après l’irradiation.

Commentaires Facebook

1 commentaire

  1. Je suis une malade soignée à l’IPC et je suis heureuse de savoir que la radiothérapie évolue car les traitements successifs font beaucoup de dégâts ; alors bravo pour cette acquisition qui va aider les malades et merci pour l’info

LAISSER UNE RÉPONSE