Quand le Mistral permet d’augmenter la capacité des lignes électriques

Quand le Mistral permet d’augmenter la capacité des lignes électriques

La ligne électrique de 400 000 volts allant d’Avignon à Marseille vient d’être munie de 13 capteurs chargés de mesurer l’effet du mistral sur l’installation. Le but : augmenter la capacité de la ligne sans la modifier les jours de vent. Reportage.

Dans son projet industriel de faire du réseau de transport d’électricité français le premier réseau électrique et numérique d’Europe, RTE (Réseau de Transport d’Électricité), entreprise filiale d’EDF, vient d’installer pour la première fois dans le pays des capteurs sur une ligne électrique de 400 000 volts afin de suivre en temps réel l’effet du vent sur cette dernière.

Au total, 13 capteurs ont ainsi été posés et ce sans que la ligne ne soit coupée ! Une opération qui peut paraître extraordinaire aux yeux du grand public, mais qui est en réalité courante pour l’entreprise. « Cela fait plus de 50 ans que RTE intervient sur des lignes électriques sans coupure de courant. Les opérateurs sont montés avec des cordes isolantes et se sont accrochés à la ligne électrique comme le font les oiseaux. À partir du moment où ils ne travaillent que sur un seul câble, il n’y a pas de risque », rassure Jean-Philippe Bonnet, délégué RTE Méditerranée.

pose-capteur-ligne-electrique-rte
Les opérateurs de RTE ont installés 13 capteurs sur la ligne de 400 000 volts entre Avignon et Marseille © Helios Image

Pourquoi installer des capteurs sur une ligne électrique ?

Aujourd’hui, lorsque le courant passe dans une ligne électrique, cette dernière s’échauffe. Il existe donc des limites de courant à ne pas dépasser pour éviter un trop grand échauffement de la ligne quelles que soient les conditions climatiques. Or, le vent refroidit les lignes et permettrait, les jours où il souffle, de transporter davantage d’électricité. « Grâce aux capteurs, on va pouvoir connaître l’effet de refroidissement sur cette ligne où le mistral est présent 100 jours par an en moyenne, avec des rafales de plus de 50 km/h », précise Jean-Philippe Bonnet.

Ces capteurs, installés sur une portion de 70 kilomètres sur la ligne Tavel-Réaltor entre Avignon et Marseille, vont y rester pendant environ deux ans et vont transmettre des données toutes les cinq minutes à RTE. Ces millions de données cumulées vont ensuite être croisées avec celles météorologiques pour savoir exactement l’augmentation de capacité à atteindre en fonction de la vitesse du vent. Sur le long terme, ces données serviront à RTE à calculer les marges de la ligne électrique et pouvoir anticiper les augmentations de consommation afin que le courant circule de façon continue sur les lignes sans qu’il n’y ait de coupure.

Le reportage photo de l’installation des capteurs

ligne-electrique-avignon-capteur-mistral

© Helios Image

Mis en place par RTE dans le but de tirer le meilleur parti du numérique pour améliorer la performance du système électrique, cette installation fait également partie des contributions de l’entreprise au projet FlexGrid. Ce dernier a pour objectif de faire de la région PACA une vitrine des savoir-faire et des réseaux électriques intelligents.


Pour aller plus loin

Commentaires Facebook

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE