LE DOSSIER – Marseille pourrait-elle devenir une capitale de la mode ?

LE DOSSIER – Marseille pourrait-elle devenir une capitale de la mode ?

Marseille, ville de mode ? La réponse ne paraît pas totalement évidente, même pour ceux qui y habitent. Et pourtant… La mode à Marseille c’est plus de 150 marques, 1 milliard d’euros de chiffres d’affaires par an, 20 000 emplois. Et surtout, Marseille est la deuxième ville de France la plus influente dans ce secteur, après Paris.

Quand on pense à Marseille, on ne pense pas directement « mode ». Le foot, le pastis ou le poisson sont bien plus parlants. Mais la cité phocéenne regorge pourtant de marques et de créateurs talentueux, principalement nichés dans les quartiers du Panier et du Cours Julien. Cependant, même les marques les plus connues (Kaporal, Gas, Ginette) n’affichent pas spécialement leur identité marseillaise. Cela participe à une certaine « ignorance » de la population quant à ce qui se fait en matière de mode à Marseille. Et pour les plus petits créateurs, il est souvent difficile de se faire connaître à leur juste valeur. Heureusement, quelques boutiques « collectives» les accueillent et les aide à augmenter leur visibilité.

Nos interviews sur la mode marseillaise !

Autre aide notable pour les créateurs : la Maison Méditerranéenne de la Mode, qui s’impose désormais comme un géant de la mode à Marseille. En plus de proposer des formations aux étudiants, elle donne un coup de pouce aux petits créateurs dans leur développement et étend même cette aide à toute la Méditerranée. Depuis quelques années, la mode marseillaise commence donc à prendre un nouveau tournant. Et les objectifs ne manquent pas pour les membres de la MMMM, persuadés du potentiel de la ville. Marseille deviendra t’elle une véritable capitale méditerranéenne de la mode ? Une identité de la mode méditerranéenne serait elle en train de prendre forme ? On l’espère et cela semble être bien parti pour…

Nos interviews sur la mode marseillaise !

Commentaires Facebook

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE