Le Marseillais de la semaine est un artiste originaire de Gaza

humans-of-marseilleMade in Marseille s’associe chaque mercredi à Humans Of Marseille pour vous proposer le portrait du « Marseillais de la semaine » à travers une anecdote insolite ou renversante. Cette semaine, rencontre avec un artiste originaire de Gaza, qui navigue entre Paris et Marseille…


« Je suis un artiste plasticien et je viens de Gaza. Après avoir atterri en France et fait des études aux Beaux-Arts à Marseille, je me suis installé à Paris. Je travaille sur le mouvement et le thème de l’exil, que je connais bien.
Je passe souvent à Marseille, j’ai eu la chance de collaborer à Marseille Capitale Européenne de la culture et j’y reviens toujours avec beaucoup de plaisir. C ‘est une ville qui me fait penser à Gaza : la même effervescence, la même mer…
Un jour où j’étais sur le Vieux Port, j’ai vu passer un énorme ferry partant pour l’Algérie avec des gens au bastingage. J’avais ma caméra avec moi car je travaille avec, le temps de la sortir le bateau s’était déjà éloigné alors j’ai utilisé le zoom, ce qui a donné un effet de mouvement avec la houle. Ça a donné naissance à une œuvre sur le mouvement et le départ.

Aujourd’hui, j’ai ma chance d’exposer dans le monde entier, mais ce qui me manque le plus c’est de pouvoir retourner à Gaza voir ma famille. Ça fait 5 ans, 1825 jours, que je n’ai pu y mettre les pieds. C’est pour ça que même si je ne suis plus là-bas, je me sens privé de ma liberté »

artiste-gaza-beaux-arts

_____________________

« I’m a visual artist, I come from Gaza. After a stopover in Germany, I studied at the Beaux-Arts of Marseille and I settled down in Paris. I work on the theme of movement and exile, a theme I know well.
I often come to Marseille, I had the opportunity to collaborate with Marseille Capitale Européenne de la Culture, and I love coming back one in a while. The city actually reminds me of Gaza : the same effervescence, the same sea…

One day when I was at the Vieux Port, I saw an enormous ferry leaving for Algeria with people to the rail. I had my camera with me, but the time I took it out, I had to use the zoom, and it gave an effect of movement with the swell. That shot gave birth to a piece of art on the movement and departure.
Nowadays, I have the opportunity to exhibit all over the world, but what I miss most is to be able to return to Gaza and see my family. It has been 5 years, 1825 days, since the last time I could set foot there. That’s why even if I’m not there any more, I feel deprived of my freedom »

Portrait by : HofM member : Photoreporter13

Commentaires Facebook

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE