Dans les coulisses du tournage d’Overdrive avec Scott Eastwood

Découvrez notre reportage dans les coulisse du tournage du film Overdrive, aux côtés de Scott Eastwood, fils chéri de Clint. Mais aussi du producteur, Pierre Morel, ancien protégé de Luc Besson, qui a notamment réalisé les énormes succès Taken 2 et From Paris with Love. Et Grégoire Melin, coproducteur du film, qui nous a accueillies. Une expérience unique dans l’envers du décor. Reportage.

Dès notre arrivée sur le tournage, nous avons été formidablement reçues par Grégoire Melin, coproducteur, qui a notamment produit Mune, le gardien de la lune, avec Omar Sy et Izïa Higelin. Grégoire nous a présenté son projet et évoqué sa relation avec Marseille.

Grégoire Mein, producteur JZ
Grégoire Mein, producteur © JZ

« Overdrive c’est l’histoire de deux demi-frères, Andrew, l’aîné, joué par Scott Eastwood et Garrett, le plus jeune, interprété par Freddie Thorp, qui volent une voiture de luxe à un collectionneur. Mais, la suite va se compliquer quand ils tombent nez à nez avec des mafieux

En véritable passionné du cinéma, Grégoire nous explique que « Marseille est clairement le personnage principal du film.» Son projet, il l’a voulu plus subtil qu’un Fast and Furious, « un peu à l’image de Skyfall, le dernier James Bond », raconte t-il.

Nos images du tournage en vidéo

Une équipe séduite par Marseille, ses paysages et sa lumière

De façon spontanée, Grégoire Melin nous explique aussi combien l’équipe de tournage adore Marseille : « Le metteur en scène, moitié Mexicain moitié Américain, (qui est) du côté de Los Angeles, a littéralement eu un coup de coeur pour la ville.» Et, depuis plusieurs semaines, le plateau en prend plein les yeux. En effet, « beaucoup de scènes sur Marseille, mais aussi sur Cassis et Martigues » ont été tournées. « On a aussi tourné de nuit sur le Vieux-Port ou sur le rooftop des Terrasses du Port.»

tournage-film-overdrive-pierre-morel
Pendant le tournage d’une scène de cascade © JZ

On peut même dire que ce film est « un hommage à Marseille», poursuit Grégoire, plein d’enthousiasme. Il sera à la fois « très esthétique et élégant, il va faire du bien à Marseille, et je pense que c’est le genre de film qui va clairement séduire les Américains et les Anglais, qui adorent ce style de production, je dirais, un peu exotique pour eux

Car aux dires de Grégoire, aux Etats-Unis, on ne connaît pas vraiment Marseille… Une époque qui sera bientôt révolue ! Et de poursuivre sur l’originalité du film « L’autre point fort du projet est qu’il n’est pas du ressort d’une super production comme Pathé, Gaumont ou Europa Corp. On est sur quelque chose de plus artisanal dans le montage financier, avec quand même un budget qui est ce qu’il est

En effet, le budget représente 24 millions d’euros, ce n’est pas tout petit, mais on est bien loin des énormes productions hollywoodiennes comme Fast and Furious 7 et ses 190 millions d’euros ou des 200 millions de Skyfall.

Des photos du tournage

Scott Eastwood, l’enfant prodige du cinéma américain tombé sous le charme de la région

Considéré comme LE futur grand acteur américain par le tout Hollywood, Scott Eastwood fait tourner toutes les têtes. Naturellement, son physique et son charisme ne sont sans rappeler celui de son illustre père. Mais comment a-t-il atterri sur ce film ? Grégoire se souvient « Cela s’est fait très simplement. Nous lui avons fait passer un script et il a tout de suite trouvé ça vraiment très chouette. Et il faut dire que le script est vraiment très bien écrit. C’est drôle, mais intelligent. Les deux scénaristes américains qui ont bossé dessus (Ndlr : Michael Brandt et Derek Haas) sont des stars chez eux, ils écrivent des séries et sont aussi à l’origine de deux épisodes de Fast and Furious. Et ce n’est pas pour nous comparer avec Fast and Furious, car nous prétendons faire tout l’inverse sur ce film, qui eux sont vraiment beaucoup beaucoup dans l’action, bourrés d’effets spéciaux, on s’en prend plein la gueule pendant deux heures et demie. Dans Overdrive, il y a aura plus de charme. C’est une histoire plus intelligente, on sent moins la testostérone, c’est plus classe. »

Séduit par le script donc, Scott Eastwood a rencontré Marseille. Il ne connaissait pas la ville avant de venir tourner, bien que son père l’ait beaucoup trimballé quand il était plus jeune, nous confie t-on. Il était déjà hyper enthousiaste à l’idée de découvrir Marseille et la Provence. Le parfait gentleman pour un film avec de « l’action, juste ce qu’il faut, comme dans Skyfall», dit Grégoire. Et d’ajouter « A la caméra, il a un charisme fou, c’est incroyable ! »

scott-eastwood-marseille
Scott Eastwood et la Bonne Mère © JZ

De plus, Scott a pu se balader tranquillement pour visiter et apprécier la ville puisqu’il n’est pas encore très connu du grand public. Et comme le dit Grégoire Melin, amusé, « Il a bien fait d’en profiter, car ce ne sera pas pareil dans quelques mois !« . L’acteur a d’ailleurs fait le plein de Bouillabaisse, comme on nous le confesse.

Plus loin, il décrit la ville en ces termes « Marseille c’est super, c’est une ville qui offre une diversité de paysages, la Méditerranée (Ndlr : où il a pris quelques vagues), le centre ville… Le sud de la France est un bon terrain (pour filmer) en général.» On dirait bien que le charme de la cité phocéenne a encore frappé…


Des retombées super positives pour Marseille

Nous avons croisé l’adjointe au maire déléguée au cinéma Séréna Zouaghi, hyper enthousiaste sur les bénéfices d’un tel tournage. Dans un premier temps pour les retombées économiques immédiates avec la création d’emplois, et dans un second temps avec la visibilité internationale que ce projet offre à Marseille.

serena-zouaghi
Séréna Zouaghi

« En retombées économiques, ce film a rapporté 3 millions d’euros à la ville. Il y a eu 1000 figurants d’embauchés et beaucoup d’activité dans l’hôtellerie et la restauration. La mission cinéma que je pilote est là pour faciliter la vie des tournages. Nous mettons en relation le personnel du film avec les interlocuteurs locaux, notamment pour accélérer les autorisations d’occupation de l’espace public, comme c’est le cas aujourd’hui sur le Vieux-Port. En 2015, nous avons dépassé 360 tournages sur Marseille, films, publicités et séries confondus. Et la suite s’annonce très bien, puisque nous avons décroché le tournage d’une série chinoise qui est en repérage actuellement ». 


La bande annonce du film

Reportage signé Julia & Mathilde, publié le 26 février 2016, mis à jour le 20 avril 2017

Commentaires Facebook

1 commentaire

LAISSER UNE RÉPONSE