La Marseillaise de la semaine ne s’est pas laissée amadouer par les clichés

humans-of-marseilleMade in Marseille s’associe chaque mercredi à Humans Of Marseille pour vous proposer le portrait du « Marseillais de la semaine » à travers une anecdote insolite ou renversante. Cette semaine, rencontre avec une néo-marseillaise qui ne s’est pas laissée amadouer par les clichés.


« Quand j’ai dû faire le choix de ma ville d’étude, j’avais 2 possibilités : Marseille ou Bordeaux. Je ne connaissais aucune des deux, mais pour tout vous avouer, le choix a été vite fait : avec ce que j’entendais sur l’insécurité, la drogue, les règlements de comptes et la saleté, je voyais Marseille comme un trou à rat.

Mais c’est ici que j’ai passé mes oraux pendant 3 jours pour des raisons pratiques, et j’ai découvert ce qu’on ne voyait pas dans les médias. J’ai vraiment été séduite par cette ville et la beauté de certains paysages. Contre toute attente, j’ai donc choisi Marseille même si je savais pertinemment que 3 jours ne suffisaient pas pour apprendre véritablement à connaitre une ville.

En arrivant avec toutes mes affaires pour emménager à Cours Julien, je me suis demandé si je n’avais pas fait le mauvais choix : peut-être que ce que j’avais vu en 3 jours n’était pas représentatif de la réalité. Je me posais ces questions en tentant de monter chez moi mon gros canapé, et je galérais à le monter quand les propriétaires du kebab en bas de chez moi m’ont tiré de mes pensées : « Attendez mademoiselle vous n’allez pas réussir à monter ça seule ! »
Ils ont quitté leurs fourneaux en demandant à leurs clients de patienter et m’ont monté le canapé, et ont enchaîné avec tous mes autres meubles, aidé par certains de leurs clients qui nous ont rejoints.

Un peu plus tard dans la journée, je suis descendue faire quelques courses pour remplir mes placards, et mes sacs plastiques ont lâché et tout est tombé par terre. Une femme qui passait à mon niveau en a pris la moitié dans ses bras et se tourne vers moi en souriant : « je vais vous aider à monter tout ça chez vous pas de soucis »

Je me souviendrais toujours de cette réflexion que je me suis faite à la fin de ce premier jour : « Marseille n’est pas un trou à rat, mais une véritable fourmilière dans laquelle chacun s’entraide et participe a faire avancer l’ensemble de la communauté à son échelle, car ils savent que si la communauté y gagne, eux aussi »
L’un des seuls instants philo de ma courte existence ! »

portrait-marseillais-humans-of.________________________________

« When I had to choose my city of study, I had 2 possibilities : Marseille or Bordeaux. I knew none of the two, but I have to admit that the choice was simple then : with what I heard on the insecurity, the drug, violence and dirt, I imagined Marseille like a rat hole.

But I had to pass my orals here during 3 days for practical reasons, and I discovered what we didn’t see in the media. But in 3 days, I only saw part of what the city can offer, so I still hesitated between 2 cities.
I decided to let hazard choose by flipping coins, and the fate chose Marseille. When I arrived with all my stuffs to move to Cours Julien, I wondered if I really made the right choice : maybe what I saw in 3 days wasn’t representative of the reality.
I asked myself these questions by having a hard time trying to move my big sofa up to my flat, when the owners of the kebab in front of my house pulled me of my thoughts : « wait miss you won’t manage to do it alone ! »
They left their stoves by asking their customers to wait and took up the sofa, and moved on with all my other furniture, helped by some of their customers who joined us.
A little later during the day, I came down to do some groceries to fill my cupboards, and my plastic bags broke and everything fell to the ground. A woman who was passing by took half of it and turned at me smiling: « Let me help you bring everything at home up »

I would always remember this reflection I made to myself at the end of this first day : « Marseille isn’t a rat hole, it’s a real ant-hill in which each one helps the whole community at its own scale, because they know that if the community wins, they will too  »
One of the only philosophical moments of my short existence  »

Portrait by : HofM (Anywhere Anytime Photography)

Commentaires Facebook

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE